couverture
Comment les États-Unis ont fait le monde à leur image
Traduit de l’anglais par Philippe-Étienne Raviart
Parution : 21/09/2015
ISBN : 9782748902327
Format papier : 312 pages (12 x 21 cm)
22.00 €

Format numérique
16.99 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 

Accès libre

Lire en ligne 
PDF 
EPUB 

Policiers du monde et protecteurs attentifs de leurs intérêts nationaux, bien que pris dans des logiques d’interdépendance croissante, les États-Unis continuent de déterminer une grande partie de la politique internationale.

Comme aucun autre président ne l’avait jamais fait avant ni ne le ferait par la suite, Wilson exalta sans retenue la fonction messianique de l’empire américain. La religion, le capitalisme, la démocratie, la paix et la puissance des États-Unis, tout cela ne faisait qu’un. « Voyez loin, disait-il à des représentants de commerce, gardez à l’esprit que vous êtes des Américains, que vous êtes faits pour apporter la liberté, la justice et les principes de l’humanité partout où vous allez, vendez des marchandises qui rendront les gens heureux et convertissez-les aux principes de l’Amérique. » Dans son discours de campagne, il déclarait en 1912 : « Je crois que Dieu a présidé à la création de cette nation. Nous avons été choisis pour montrer à toutes les nations le chemin à suivre pour marcher sur les chemins de la liberté. »

Au XXe siècle, les États-Unis mènent une politique étrangère qui en a fait la puissance hégémonique mondiale. Mais c’est une hégémonie à double face, qui leur impose à la fois de garantir l’ordre capitaliste et de favoriser les intérêts des entreprises, des banques et des lobbies américains. Une difficulté qu’aggrave leur économie, prise dans l’interdépendance croissante des économies rivales et de plus en plus soumise au développement du crédit.
Retraçant l’histoire de cette politique étrangère, étudiant ses stratèges et les problèmes auxquels elle est confrontée, Perry Anderson met en garde ceux qui sous-estimeraient la durée de vie de l’empire américain : « Sur le plan politique, son sort n’est pas encore réglé. »

Perry Anderson

Historien britannique, Perry Anderson est l’un des fondateurs de la New Left Review, qu’il a dirigée pendant plus de quarante ans. Il a publié, en français aux éditions Agone, Le Nouveau Vieux Monde (2010) et (à paraître) Sur le marxisme occidental puis À la recherche du matérialisme historique.

Les livres de Perry Anderson sur le site

Dossier de presse
J. S.
L'Humanité , 4 septembre 2015
L'Humanité , septembre 2015
La politique étrangère américaine et ses penseurs
En publiant sous la forme d’un volume les deux articles que Perry Anderson a consacrés à la politique étrangère états-unienne dans la New Left Review à la fin de l’année 2013, les éditions Agone mettent à la disposition du public francophone une analyse de premier ordre aussi bien quant à l’intérêt qu’à l’originalité. Divisé en deux parties, le texte de l’historien marxiste britannique se penche sur la genèse et le développement de l’« Imperium » des États-Unis, sa puissance impériale, ainsi que sur la pensée actuelle des stratèges américains telle qu’elle s’expose dans un ensemble de discours encore peu abordés d’un point de vue analytique — Consilium. Axe de divergence avec la littérature critique du phénomène caractérisée par la perspective de l’imminence du déclin des États-Unis, les thèses de Perry Anderson s’attachent à montrer combien ce qui semble être devenu un lieu commun de cette pensée critique peut devenir un obstacle à la saisie réaliste des rapports de forces internationaux actuels. Elles sont aussi un rappel à la vigilance.
J. S.
L'Humanité , 4 septembre 2015
Compte-rendu
En publiant sous la forme d’un volume les deux articles que Perry Anderson a consacrés à la polique étrangère états-unienne dans la New Left Review à la fin de l’année 2013, les éditions Agone mettent à la disposition du public francophone une analyse de premier ordre aussi bien quant à l’intérêt qu’à l’originalité. Divisé en deux parties, le texte de l’historien marxiste britannique se penche sur la genèse et le développement de l’« Imperium » des États-Unis, sa puissance impériale, ainsi que sur la pensée actuelle des stratèges américains telle qu’elle s’expose dans un ensemble de discours encore peu abordés d’un point de vue analytique — Consilium. Axe de divergence avec la littérature critique du phénomène caractérisée par la perspective de l’imminence du déclin des États-Unis, les thèses de Perry Anderson s’attachent à montrer combien ce qui semble être devenu un lieu commun de cette pensée critique peut devenir un obstacle à la saisie réaliste des rapports de forces internationaux actuels. Elles sont aussi un rappel à la vigilance.
L'Humanité , septembre 2015
Réalisation : William Dodé