Glossaires des glossaires

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Tageblatt ( ou Berliner Tageblatt ) Ce journal de Berlin, fondé par Rudolf Mosse en 1872, constitue le premier groupe de presse allemand. Theodor Wolff, ancien correspondant du journal à Paris, en fut le rédacteur en chef de 1906 à 1933. Le très sarcastique Kurt Tucholsky fut rédacteur de la rubrique satirique de décembre 1918 à avril 1920, tandis qu’Alfred Kerr s’occupait de la rubrique théâtrale. Mis au pas par le nazisme en 1933, le journal cessa de paraître le 31 janvier 1939. Avant 1933, le Tageblatt avait rassemblé l’élite du journalisme allemand. [Source : Le Chemin vers le bas ]
Tat (Die) Groupe fondé en mai 1909 à Munich par Erich Mühsam, fédéré au Sozialistischer Bund animé par Gustav Landauer. Son but est « l’agitation du sous-prolétariat ». Il se compose d’ouvriers, d’artistes comme le peintre Georg Schrimpf, et d’écrivains tels qu’Oskar-Maria Graf, Karl Otten ou Franz Jung. En janvier 1910, plusieurs de ses membres sont emprisonnés pour « conspiration ». Une vigoureuse campagne de soutien menée par Heinrich et Thomas Mann ainsi que par Frank Wedekind fera libérer Mühsam et ses camarades. [Source : Le Chemin vers le bas ]
Tchernov, Victor Mikhaïlovitch (1873-1952) Principal théoricien et leader du parti socialiste révolutionnaire russe, il milite dès ses années d’études et doit s’exiler en 1899. Internationaliste pendant la guerre, il participe aux conférences de Zimmerwald et de Kienthal. Rentré en Russie après février 1917, il est ministre de l’Agriculture du gouvernement de Kerensky puis élu, en janvier 1918, président de l’assemblée constituante – dispersée au bout d’un jour par les bolcheviks et les anarchistes. Après l’interdiction de son parti, il est poursuivi aussi bien par les partisans de Lénine que de Koltchak avant d’émigrer, en 1921, à Prague puis à Paris. Réfugié aux États-Unis en 1940, il meurt à New York. En français : Mes tribulations en Russie soviétique (1921). [ Source : Karl et Rosa ]
Terracini, Umberto (1895-1983) Né à Gênes dans une famille pauvre de confession juive, il s’installe à Turin, où il rallie le parti socialiste après des études de droit. En 1919, il fonde le quotidien L’Ordine Nuovo avec Antonio Gramsci et Palmiro Togliatti, qui prônent la rupture avec les réformistes du parti et soutiennent la jeune Union soviétique. En 1921, il est l’un des principaux fondateurs du parti communiste italien, dont il devint l’une des personnalités de premier plan, au point d’être intégré dans le présidium du Komintern, malgré son opposition à la politique de front unique. Élu député en 1922 et en 1924, il est arrêté par le pouvoir fasciste en 1926 et condamné à vingt-deux ans de prison. Libéré en 1937, il est alors relégué dans les îles ( in confini ), dont il ne sortit qu’en 1943. Exclu du parti communiste pour ses positions hostiles au pacte germano-soviétique en 1939, il est réintégré au sein du parti à la chute du régime fasciste. Élu député et vice-président de l’Assemblée constituante en 1946, il en devint le président l’année suivante. Sans cesse réélu, il est resté pratiquement sénateur à vie. [Source : Le Chemin vers le bas ]
Turel, Adrien (1890-1957) Écrivain suisse né à Saint-Pétersbourg. Après des études à Genève puis à Berlin, il fait la rencontre, décisive, du sexologue berlinois Magnus Hirschfeld en 1917. Il pratique ensuite la psychanalyse jusqu’en 1933. Entamant une carrière littéraire avec la publication de recueils de poèmes, de drames et d’essais, il tente de développer une conception universaliste du monde, fondée sur les composantes élémentaires d’explication de l’« humanité quadridimensionnelle » (sciences sociales, astronomie, psychologie et anthropologie), dont la maîtrise aboutirait à atteindre de nouveaux « états paradisiaques ». Arrêté en 1933 pour sa participation au groupe Der Gegner de Harro Schulze-Boysen, il réussit à gagner la Suisse, où il poursuit son activité de « physicien social » et d’écrivain. Il a notamment publié des recueils de poésie ( Weltleidenschaft , 1940), un étrange roman de science-fiction ( Die Greiselwerke , 1942) et un roman autobiographique (1959). [Source : Le Chemin vers le bas ]
Réalisation : William Dodé