Vocations de la finance – Séminaire de sciences sociales critiques
Le mercredi 11 octobre 2017    Toulouse (31)

Première séance :
« Le conseil en fusion-acquisition : dispositions et vocation à l’élite », par Joël Laillier

Mercredi 11 octobre 2017, 18–20 heures
Sciences Po, salle Bernard-Maris (2, rue des puits creuses, Toulouse)

Considéré comme le segment le plus prestigieux de la finance, le conseil en fusion-acquisition est naturellement, pour les élèves des grandes écoles, la seule voie d’accès à l’élite du monde des affaires. Mais la distinction élective réclame un engagement total et impose une exploitation sans limite. Les salariés, surtout les plus jeunes, sont corvéables à merci, vingt-quatre heure sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Choisir le conseil en fusion-acquisition, c’est se vouer à une institution qui façonne les modes de vie, les désirs et les imaginaires. Nous étudierons ce qui caractérise cette élite de la finance : d’où viennent ses postulants ? quelles logiques les ont amenés là ? qu’y font-ils ? quel sens donnent-il à leur travail ? comment celui-ci les façonne ?

Séance ouverte à tous, inscription au plus tard à 17 heures le 11 octobre : spotculture@gmail.com
  
  
Programme général

mercredi 11 octobre 2017, Joël Laillier
« Le conseil en fusion-acquisition, une vocation à l’élite »

mercredi 15 novembre 2017, Paul Lagneau-Ymonet
« Installation des intermédiaires boursiers au XIXe siècle »

mercredi 13 décembre, Ibrahim Warde,
« Discours éthiques et scandales financiers »

mercredi 7 février 2018, François Denord
« Les financiers dans le concert des puissants  »

mercredi 14 mars, Horacio Ortiz
« Stock brokers à New York et consultants en fusion-acquisition à Shangai »

mercredi 4 avril, Serge Halimi
« Le “mur d’argent” et la gauche au pouvoir (1924–1983)  »

mercredi 16 mai, Joël Laillier & Sébastien Stenger
«  Déterminants sociaux de l’orientation professionnelle des étudiants des grandes écoles de commerce »


Présentation

Le banquier est une figure sociale, comme l’entrepreneur, avec lequel il constitue l’une des deux faces du pôle dominant de l’économie de marché capitaliste. Depuis les années 1990, la financiarisation croissante des économies lui offre un rôle central. Longtemps objet de critiques et de railleries, ce personnage propose désormais un horizon désirable pour les jeunes aspirants à l’élite sociale.

L’entrepreneur et surtout l’ingénieur ont été les figures les plus enviées des aspirants à l’« aventure capitaliste » : parer de nouveaux attraits les métiers de la banque fut donc une condition nécessaire à la financiarisation des économies. Une telle transformation indissociablement économique et sociale se devait de générer des candidatures en masse.

Ce séminaire a pour objet d’interroger les nouveaux visages de la figure du financier, les représentations qu’elle porte, les critiques qu’elle suscite, mais aussi les investissements dont elle a fait l’objet et leurs transformations sociales et historiques. Aussi bien sur la période récente – avec la domination sans partage du néolibéralisme après les noces orageuses de la gauche et de la banque ; que plus ancienne. Il s’agira de comprendre la manière dont ses métamorphoses accompagnent les modifications des structures idéologiques, la place occupée par la finance et ses acteurs au sein des élites, et les représentations et les investissements dont elle fait l’objet.

Organisation : Éditions Agone, Sciences Po Toulouse, le Cresco, les Amis du Monde diplomatique et l’Université populaire de Toulouse

Information et inscription : spotculture2017@gmail.com

Réalisation : William Dodé