Skip to main content

Déclaration de soutien des éditions Agone au mouvement de résistance des étudiants et enseignants contre la marchandisation des savoirs et de l’éducation

7 mai 2009|

En tant qu’éditeur de sciences humaines, nous considérons que le savoir produit par l’université ne peut être utile comme outil d’émancipation au service du plus grand nombre que si l’indépendance de la recherche et le jeu de régulation entre pairs en garantissent au moins la légitimité.

La mise en concurrence des universités sous couvert d’autonomie, le mépris affiché pour l’enseignement des sciences humaines et sociales qui s’ajoute à leur liquidation progressive dans le CNRS, et la politique à courte vue de réduction des coûts qui vise l’emploi dans la fonction publique de la recherche mettent aujourd’hui en péril la capacité de l’université française à produire encore un savoir désintéressé.

Cependant, ce mouvement ne doit pas cacher la restauration d’un ordre académique qui n’est que le miroir de l’ordre social dominant.

Ainsi, dans les revendications, seule une prise en compte égalitaire et décloisonnée, mêlant les professeurs des écoles et des universités, permettra de retrouver l’unité dans la traduction du savoir comme service public de la maternelle à la thèse de troisième cycle.

Il ne s’agit pas de donner un blanc-seing à ce système éducatif, dont on connaît les effets de reproduction sociale, mais la réforme prévue en aggrave la mécanique quand l’urgence est d’en inverser le fonctionnement.

NB: La Revue Agone a consacré son N°29-30 (2003) à « L’Education et ses contraires ». On peut désormais aussi consulter ce numéro en ligne sur le site de revues.org