couverture
Infinitif présent
Nouvelle édition (intégrale) révisée et préfacée par Thierry Discepolo
Parution : 19/06/2020
ISBN : 9782748904239
Format papier : 280 pages (11 x 18)
10.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 

« Les nouvelles frontières ne sont pas géographiques, ni naturelles. Elles sont économiques, politiques et culturelles. Elles isolent ceux qui œuvrent au bon fonctionnement du système et ceux qui sont conscients de la nécessité de sa transformation radicale. Si cette conscience se transforme en actes de sécession, mêmes modestes, alors d’autres frontières sont activées. C’est le bannissement, la disparition dans la solitude, le désœuvrement, la faim, le froid, la maladie, une forme ou une autre de mort sociale, qui est l’existence des surnuméraires de la société de consommation – peu importe, du moment que la non-vie, comme la mort, est discrète. »

Avec ce livre, JMarc Rouillan accomplit sa « conjugaison des temporalités pour obtenir une symbiose entre le quotidien pénitentiaire et le passé qui resurgit en imposant des présences viscérales au milieu de l’absence radicale ». C’est ainsi qu’il emprunte et relie presque tous les thèmes et les genres qu’il a déjà explorés : récits (plus ou moins théâtralisés) de l’univers carcéral, mémoires du militant tissés d’icônes révolutionnaire, souvenirs d’enfance, soliloques et analyses politiques.

Infinitif présent est paru pour la première fois en 2010 dans une version tronquée. Cette nouvelle édition, révisée, en donne le texte intégral.

Jann Marc Rouillan

Né en 1952 à Auch, Jean-Marc Rouillan a été incarcéré de 1987 à 2011 pour ses activités au sein du groupe Action directe. Auteur de près de vingt livres, il vit aujourd’hui dans le Sud-Ouest de la France.

Bibliographie complète
   Livres : Infinitif présent [2010] Agone, 2020 ; Dix ans d’Action directe. Un témoignage, 1977–1987, Agone, 2018 ; Je regrette, Agone, 2017 ; Je hais les matins, Agone, 2015 ; Le Rat empoisonné, Al Dante, 2014 ; Le Tricard, Al Dante, 2014 ; Autopsie du dehors. Carnet d’été d’un relégué sous surveillance électronique (illustrations de Marie-Claire Cordat), Al Dante, 2012 ; De mémoire (3). La courte saison des GARI, Toulouse 1974, Agone, 2012 ; Paul des Épinettes et moi. Sur la maladie et la mort en prison, Agone 2010 ; De mémoire (2). Le deuil de l’innocence, un jour de septembre 1973 à Barcelone, Agone, 2009 ; Les Viscères polychromes de la peste brune (illustrations du peintre Dado), La Différence, 2009 ; Chroniques carcérales. 2004–2007, Agone, 2008 ; De mémoire (1). Les jours du début, un automne 1970 à Toulouse, Agone, 2007 ; Le Capital humain, L’Arganier, 2007 ; La Part des loups, Agone, 2005 ; Lettre à Jules, suivi de Voyages extraordinaires des enfants de l’Extérieur, Agone, 2004 ; Le Roman du Gluck, L’Esprit frappeur, 2003 ; Le Prolétaire précaire, (avec Nathalie Ménigon, Joëlle Aubron, Régis Schleicher), Acratie 2000.
   Articles et entretiens : « Mes voisins sont de drôles de types », Le Monde diplomatique, juin 2011 ; « Retour à Fresnes », Contre-Attaques, n° 2, 2011 ; « De Toulouse à Marseille », Contre-Attaques, n° 2, 2011 ; « Happy birthday ! », BlogAgone, septembre 2010 ; « Notre devoir de résistance », 2010 ; « L’autre Johnny », BlogAgone, décembre 2009 ; « La nouvelle adresse », Siné Hebdo, 9 novembre 2009, n° 66, p. 9 ; « J’assume totalement mon passé mais je n’incite pas à la violence » (entretien avec Michel Henry), Libération, 2 octobre 2008; L’entretien de Gilles Rof qui a permis à la justice « anti-terroriste » de renvoyer JMarc Rouillan en prison, L’Express, 1er octobre 2008 ; « Les révolutionnaires du bar du Vallon », BlogAgone, août 2008; « Jann-Marc Rouillan raconte sa semi-liberté » (entretien avec Gilles Lucas et Nicolas Arraitz), CQFD, 15 janvier 2008 ; « Questions à Jann-Marc Rouillan, écrivain semi-libéré » (entretien avec Paco), Le Mague, 2 février 2008 ; « Après-68 à Toulouse : les années de braises de Jean-Marc Rouillan » (entretien avec Jean-Manuel Escarnot), Libération, 19 février 2008 ; « Une identité anationale », Commune n° 48, décembre 2007; « La bande à Sten », préface au livre de Sergi Rosès Cordovila, Le MIL : une histoire politique, Acratie, 2007 ; « On dit bien que la justice est aveugle » (avec Thierry Discepolo), Les mots sont importants, avril 2007 ; « Chroniques carcérales », parution mensuelle dans CQFD (2004–2007) ; « Le même chantage : repentir contre libération », BlogAgone, 2007 ; « Le premier matin sans elle », mars 2006 ; « Le pays du dedans », BlogAgone, octobre 2005 ; « Ces prisonniers qui ne cessent de payer », Le Monde diplomatique, juin 2005 ; « Écrire, c’est ne pas renoncer à nos rêves de bouleversement révolutionnaire » (entretien avec Thierry Discepolo), Le Monde libertaire, 4 mai 2005 ; « L’écriture prolétarienne. Correspondance entre Jann-Marc Rouillan et Jean Pierre Levaray », printemps 2005 (en quatre parties) ; « La lettre non postée », BlogAgone, 2003 ; « En direct de la centrale d’Arles », BlogAgone, 2003 ; « De mémoire proscrite », Commune, 2002 ; « La “torture blanche” », BlogAgone, 2001 ; « Célébration du vingtième anniversaire de l’abolition de la peine de mort », BlogAgone, 2001

Les livres de Jann Marc Rouillan chez Agone

Réalisation : William Dodé