« Si l’on veut restaurer la critique de la poésie, il faut restaurer une certaine sévérité, franche, foncière; une sévérité sur l’essentiel. Aujourd’hui, quand la critique est sévère, c’est trop souvent sur un détail, après tant de louanges »
Georges Mounin

> vous souhaitez vous abonner à la revue Agone

  • Extrait