format PDF
Accès libre

« Personne n’avait jusque-là tenté une théorie générale des jeux. Nous sommes peu spéculatifs. Nous acceptons les décisions du hasard, nous lui livrons notre vie, nos espoirs et notre terreur panique, mais aucun ne s’avise d’interroger ses lois vertigineuses; et les sphères giratoires qui le révèlent n’éveillent pas notre curiosité. Cependant, certaines déclarations inspirèrent de nombreuses discussions à caractère juridico-mathématique. De l’une d’elles surgit la conjecture suivante: si la loterie est une intensification du hasard, une intrusion périodique du chaos dans le cosmos, ne conviendrait-il pas que le hasard intervînt dans toutes les étapes du tirage et non pas dans une seule? N’est-il pas dérisoire que le hasard dicte la mort de quelqu’un, mais ne soient pas assujetties au même hasard les circonstances de cette mort: le caractère public ou réservé, la nature de l’exécution, le délai d’une heure ou d’un an ? » Jorge Luis Borges

> vous souhaitez vous abonner à la revue Agone

  • Extrait