« Depuis que le capitalisme est entré dans sa phase de paralysie, même les artistes et les intellectuels semblent figés. Il est difficile d’imaginer des artistes, des scientifiques, des experts et des philosophes se rassemblant à nouveau pour un dialogue critique sur la société au plus haut niveau des connaissances. Tout ce qui nous reste de la théorie critique ou des manifestations du surréalisme semble dépourvu de cette indispensable tension entre spécialisation et prise en compte de la totalité. L’aspect critique de la théorie critique ne se limite pas à ce que des penseurs-fonctionnaires cessent de penser ; et l’aspect surréaliste de la pratique surréelle ne peut se limiter à ce que les artistes rédigent des doléances bureaucratiques. L’élan nécessaire pour surmonter la crise actuelle ne pourrait venir que d’un nouveau mouvement social. » Elisabeth Lenk

> vous souhaitez vous abonner à la revue Agone

  • Extrait