Seule une critique radicale des formes actuelles de circulation de l’information peut permettre de sortir du désenchantement de la politique. Paradoxalement, les appareils de parti conçus comme des instruments de libération, individuelle et surtout collective, ont très souvent fonctionné comme des instruments de domination, à travers notamment la violence symbolique qui s’exerçait en leur sein. C’est pourquoi la priorité doit être d’élever la conscience critique des mécanismes de violence symbolique qui agissent dans la politique ; et, pour cela, de divulguer largement les armes symboliques pour se défendre contre la violence symbolique – et de se libérer, si besoin, des « libérateurs ».

Parue début 2002, la première édition de ce livre se donnait pour objet de mettre à jour, par le seul fait d’une succession organisée, les soubassements politiques d’une œuvre qui ne s’est jamais coupée des chaos de l’histoire. Des interventions du sociologue, au début des années 1960 à propos de la guerre d’Algérie, à son dévoilement des mécanismes de reproduction de l’idéologie dominante, en passant par son analyse de la reproduction des inégalités par le système scolaire.

Vingt ans plus tard, la réception de l’œuvre de Pierre Bourdieu et la perception de son personnage public restent très contrastées. Il est d’autant plus nécessaire de clarifier la manière dont le sociologue a articulé, toute sa vie durant, les exigences du savant et les engagements de l’intellectuel.