couverture
Dolorosa
& autres nouvelles européennes
Traduit du suédois par Philippe Bouquet & Virginie Büschel
postface de Philippe Bouquet
Parution : 15/11/2000
ISBN : 2910846318
Format papier : 96 pages (12 x 21 cm)
8.90 € + port : 0.89 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 

Ce recueil de nouvelles, paru en 1932, est traduit pour la première fois en France. Ces nouvelles portent sur l’Europe contemporaine et la Grèce antique. On retrouvera toute la prédilection de Johnson pour les sujets à caractère historique, l’histoire étant, pour lui, la meilleure façon de parler aux hommes de leur présent, et même de leur avenir. Il ne s’agira donc pas de récits « en costumes », mais au contraire, d’un moyen de trouver sous les oripeaux de l’histoire la permanence de l’âme humaine.
Façonné par ses années d’errance dans l’Europe continentale des années 20 (en particulier en France à Saint-Leu-la-Forêt), Eyvind Johnson s’applique à forger son caractère à la recherche de son identité d’homme et d’auteur. Le recueil Dolorosa est le reflet littéraire de cette période.

Eyvind Johnson

Eyvind Johnson (1900–1976) est l’un des écrivains majeurs de la très riche littérature prolétarienne suédoise. En 1974, il partage le prix Nobel de littérature avec “Harry Martinson.
Fils d’ouvriers, élevé par des parents adoptifs, il connait très tôt l’expérience du travail. Le chômage et la misère qu’il connait au lendemain de la guerre le convainquent de s’engager dans le syndicalisme et le militantisme socialiste. Il doit sa formation d’écrivain à la rédaction des procès verbaux de réunions syndicales et à sa soif de lecture. Son œuvre, pour l’essentiel composée de romans et nouvelles, a toujours mêlé la dénonciation des avanies et injustices sociales à une inébranlable confiance dans le renouvellement de l’âme humaine, et témoigne d’un engagement permanent pour les idées libertaires.
On lui doit notamment Le Roman d’Olof (Stock, 1974), Heureux Ulysse (Gallimard, 1950), De roses et de feu (Stock, 1956), Les Nuages sur Métaponte (Esprit Ouvert, 1995), Le Temps de Sa Grâce (Esprit Ouvert, 1995).

Les livres de Eyvind Johnson chez Agone

« J’ai jadis habité cette petite ville, si proche de Paris que ce n’en est plus vraiment une,même si elle ne compte que deux mille habitants. J’aspirais à en partir. Puis, quand le hasard m’a donné une nouvelle bourrade dans le dos et projeté dans la canicule estivale de Paris, j’ai commencé à languir – non pas de la ville au fond de la vallée, mais de la forêt. Pour commencer, je n’ai pas compris que c’était de la forêt. Je croyais que c’était de quelque chose d’autre. Puis un jour, au début de l’automne, j’ai rencontré le vieux François dans une rue de Paris, où il allait acheter des munitions. Je suis revenu avec lui et, depuis, nous avons braconné ensemble, le garde forestier et moi. En fait, nous avons surtout regardé les arbres. Une forêt laissée à l’abandon, c’est triste. Elle pourrit, la glaise s’en échappe de tous côtés après chaque averse.
Un jour, il y a eu une battue au sanglier. Le mâle a été abattu. La femelle est venue fouger dans ses traces de sang, la nuit.
François a dit :
– Abattre les deux ? Ça, jamais ! D’ailleurs, on ne doit pas tuer les animaux. Mais on est bien obligé, voyez-vous, bien obligé. C’est comme à la guerre : il faut qu’il y en ait un qui meure, pour que l’autre vive. On est bien obligé, bien obligé. Mais, en fait, on ne devrait pas tuer. » (extrait de la nouvelle intitulée Dans la forêt)

***

« Une idée en 1928 : il faut faire la révolution. Nous devons nous débarrasser de tout le passé et refaire le monde ! Tout ce qui est révolu se dresse alors pour crier avec une énergie juvénile :
– Emmenez-moi ! Ne me laissez pas !
Il n’y a pas de solution.
Mais l’abbé dit :
– L’Église, voyons. La sainte Église catholique !
Je lui promets que, le jour où nous ferons la révolution, nous penserons à l’Église.
– Vous allez nous pendre, nous les prêtres ?
Je ne peux rien lui promettre.
– Certains d’entre vous, les plus laids, dis-je. Et les talbeaux les plus laids, nous les brûlerons.
Il sourit, finit son vin et me dit que je suis un barbare. »
(extrait de la nouvelle intitulée Dolorosa)

Sixième saison de Nobel: Eyvind Johnson
Le jeudi 24 mai 2012    Paris 14 (75)
Sur les pas d'Eyvind Johnson
Le samedi 17 septembre 2011    Saint-Leu-la-forêt (95)
Conférence sur le roman prolétarien suédois
Du mardi 13 au samedi 17 octobre 2009     (33)
Réalisation : William Dodé