couverture
Agone 10
« Autour des Cahiers du Sud »
Parution : 01/09/1993
ISBN : 2910846XXX
Format papier : 190 pages (15 x 21 cm)

Épuisé

Commander

Format papier 
Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 
Sur plus d’un demi-siècle et trois cent quatre-vingt-onze numéros, les Cahiers du Sud ont duré à Marseille, le temps de la vie que leur donna le couple Ballard, regroupant autour de cette entreprise sans repos signatures prestigieuses, jeunes auteurs, poètes, essayistes et amis.

Sommaire

Éditorial, Thierry Discepolo & Jacques Vialle

Un travail artisanal: le fonctionnement des Cahiers, Émile Témime
Jean Ballard ne cesse de parler à propos de la mise en œuvre des Cahiers d’un travail d’« artisan ». Faut-il entendre par là que la fabrication de la revue représente, à tous les stades, une création continue? Faut-il insister sur le rôle essentiel du directeur? La réponse aux deux questions est, sans nul doute, positive. On ne sépare pas l’homme et l’œuvre.

Les arts plastiques aux Cahiers dans les années 50, Angélique Schaller
Les Cahiers mènent dans les « Notes d’art » et les critiques bibliographiques, un travail de « décorticage » didactique. Et on se dit que tout lecteur un tant soit peu assidu connaît les noms de Kupka, Kandinsky, Malevitch, Mondrian, Arp, Van Doesburg, Delaunay, Soulages, Picasso, Miro, Matisse, Bazaine… Mais, même succincts, ces articles ne se bornent jamais à la simple information : les comptes-rendus en appellent fréquemment au domaine du sensible. Ni intellectuels, ni théoriques, les Cahiers du Sud sont lyriques.

Enquête sur la rhétorique, Karine Feng
Lancée à l’initiative de Jean Ballard et dirigée par Francis Ponge, l’enquête sur la rhétorique fut publiée sur six numéros (années 1949–1950). Malgré leurs attentes, quatorze auteurs seulement tentèrent une réponse à la question: « Est-il (ou non) absurde de penser que puissent être actuellement (ou dès à présent) apportés des éléments permettant de jeter les bases d’une nouvelle rhétorique? »

Un ami de passage. Georges Mounin aux Cahiers, Jacques Vialle
Lorsqu’il propose son premier texte à la rédaction des Cahiers, Georges Mounin est déjà un grand familier des revues… L’accueil de Jean Ballard fut sans réserve: « Il va sans dire que les pages que vous m’avez adressées sur René Char conviennent admirablement aux Cahiers du Sud, et je prise très haut votre forme et votre pensée. J’ai suivi vos chroniques dans Confluences, qui, avec celles d’Anglès, nous ont passionnés. » Ballard ne s’y est pas trompé: la contribution de Mounin aux Cahiers du Sud sera riche de plus de quarante articles, d’un ouvrage, d’une dizaine de traductions et d’un florilège de nouvelles signatures.

Benjamin Fondane le révolté, Olivier Salazar-Ferrer
Poète et philosophe, Fondane fait partie de ces émigrés roumains qui ont adopté le français pour écrire. Issu d’une famille juive de lettrés pauvres, critique dans de nombreuses revues de Bucarest, brillant auteur de théâtre avant-gardiste, il émigre en France en 1924. De passage à Marseille, il collabore aux Cahiers, dès 1932, avec plus de vingt recensions et de nombreux extraits d’ouvrages à paraître, sur Rimbaud, sur l’existentialisme… Familier du comité de rédaction, Jean Ballard sera à l’origine de la collecte d’argent qui paya sa nationalisation française. Arrêté à Paris, Fondane meurt à Auschwitz le 3 octobre 1944.

Simone Weil: sa « trêve» à Marseille, Gabriella Fiori
L’Iliade ou le poème de la force, déjà sur épreuves chez Gallimard, « avait été jugé impubliable en période d’occupation allemande ». Jean Ballard en fut ravi et l’essai parut aux Cahiers, signé Émile Novis… « Simone Weil: très messianique; une grande intellectuelle. Elle traînait sur les mots; une inspiration révoltée. Très négligée; ma femme, qui l’adorait, aurait bien voulu la voir plus coquette. À nos mercredis, des’ amis en sourirent, puis bientôt ne sourirent plus; elle avait un public. Une insouciance parfaite de l’argent », évoquera Jean Ballard.

Enquête Esprit: les provinces françaises en 1941, Jean Ballard & Emmanuel Mounier
« Inclus notre réponse à l’enquête de votre numéro spécial. Nous paraissons un peu dur pour Marseille et encore nous ne disons pas tout ce que nous pensons! »

Correspondance (16 juin – 15 décembre 1964), Marcelle à Jean
Les Cahiers du Sud n’en ont plus pour très longtemps à régimenter la vie du couple Ballard, mais l’énergie des premiers jours semble toujours là, dans la vigueur de l’engagement quotidien de Marcelle. Une vingtaine de lettres simples rendent compte à Jean, en déplacement à Paris, des affaires courantes des bonnes et des mauvaises nouvelles – sans oublier celles de leur fille.

Une petite histoire littéraire. Mémoires, Jacques C. Senez
C’est à l’Université nouvelle qu’Axel Toursky me fit rencontrer Jean Tortel et que tous deux m’introduisirent dans le monde des Cahiers du Sud, alors au sommet de leur gloire. Les Cahiers étaient logés dans les combles d’une vieille maison, sur le cours qui porte aujourd’hui le nom de Jean Ballard. Dans mon enfance, c’était un canal, enjambé par le même pont levant que celui du célèbre tableau de Van Gogh, et les balancelles d’Espagne déchargeaient là des oranges. L’entrée de l’immeuble, toujours ouverte, abritait un clochard poétique, à la barbe blanche, qui y avait élu domicile depuis des années. On disait qu’il descendait du duc de Richelieu et que, moyennant un litre de rouge, il aidait les collégiens du quartier à faire leurs versions latines.

Entretien avec…, Constant Vautravers
Je revois encore Ballard, chez lui, avec sa robe de chambre et son foulard de soie. Toujours très soigné, son élégance me faisait penser aux seigneurs à talons rouges. Un homme agréable aux conversations passionnantes, mais un peu redouté à cause de son humour acide et de ses idées sulfureuses… Entre le siège de la revue, son appartement et le bureau des peseurs-jurés, j’avais l’impression que Ballard ne quittait jamais le quartier du Vieux-Port. Pourtant je savais qu’il entretenait une vie mondaine et participait à des réceptions officielles. Mais si on parlait de lui dans Le Monde, Le Figaro littéraire et à l’étranger, Ballard n’était pas dupe: il savait que beaucoup ne le soutenaient que par solidarité marseillaise…

L’héritage des Cahiers, David Faber
C’est dans la magnifique salle de réception du palais du Pharo que fut décerné le dixième prix Jean Malrieu par la Société marseillaise de crédit, mécène de la revue Sud. Dans son discours, un ténor de la SMC enfila avec une conviction sans scrupules poésie, culture et profit sur une seule brochette. Ensemble, la salle, le public et le discours m’envoyèrent dans le passé ou peut-être dans le monde éternel de cette reconnaissance académique des artistes par les financiers.

FICTIONS & DICTIONS

Dieu, rue des portes & autres pièces, Jehan Pyrr
Il est surnommé Didie, comme Didyme, l’apôtre St Thomas, les télécommunications lui ont attribué un numéro de téléphone, vous l’appelez, il répond je ne suis pas isocèle…

Cinq natures mortes, Bruno Sibona
Vanité ces natures mortes plus que vives;
Plateau de pêche, ces poissons que l’on dit
Poursuivre jusqu’à la mort leur croissance.

MARGINALIA

Sur Aqua alta de Joseph Brodsky, Olivier Salazar-Ferrer

Réalisation : William Dodé