couverture
Agone 28
« Lutte des sexes & lutte des classes »
Coordination Béatrice Vincent
Parution : 16/04/2003
ISBN : 2748900030
Format papier : 272 pages (15 x 21 cm)
20.00 € + port : 2.00 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 

Table des matières

Inégalités de sexe, inégalités de classe Béatrice Vincent

De l’être humain mâle & femelle Joseph Déjacque

Lettre à P. J. Proudhon

Femmes & mouvement ouvrier Jacqueline Heinen

Femmes révolutionnaires Lucia Sanchez Saornil

Mujeres Libres : sans tutelle ni coercition

La mise à mort d’Antoinette Charles Jacquier

« On est tous morts de mort violente » Georgette Vacher

À propos de La Domination masculine Pierre Bourdieu

Un féminisme politique Annick Coupé

Femmes & taylorisme : la rationalisation du travail domestique Odile Henry

Féminisme & syndicalisme Annick Coupé

Aux sources du féminisme américain Howard Zinn

Famille, féminisme & droite américaine Andrew Kopkind

La tragédie de l’émancipation féminine Emma Goldmann

Médias & mondialisation libérale groupe « médias » d’ATTAC

La pute, l’esclave & l’étalon Loïc Wacquant

Langages de l’exploitation & de la résignation chez les boxeurs professionnels

Histoire radicale

Avant-propos à Charles Jacquier

La guerre vue de Mexico & de New York Alfred Rosmer

Boris Souvarine à Alfred Rosmer Boris Souvarine

La fin misérable de l’expérience Blum Jean Bernier

Faut-il réviser le marxisme ? André Prudhommeaux

  • 1 Lire Dominique Andolfatto & Dominique Labbé, La CGT. Organisation et audience depuis 1945, La Décou (...)

APRES LA DEUXIEME GUERRE MONDIALE, la CGT développe ce qu’elle appelle « le travail en direction des catégories », c’est-à-dire les femmes, les immigrés et les jeunes1. Pour les premières, il se fait par l’intermédiaire du « secteur femmes », qui prend au fil du temps les dénominations successives de « femmes travailleuses » jusqu’en 1969, de « main-d’œuvre féminine » jusqu’en 1978, puis, simplement, de « femmes », avant d’être placé directement, en 1992, sous la responsabilité du secrétaire à l’organisation.

  • 2 Madeleine Colin (1905-2001), employée des PTT, résistante et militante communiste. Lire sa notice b (...)

La prise en compte du problème des femmes dans la CGT est renforcée à la suite de la grande grève de la fonction publique de l’été 1953, à laquelle des milliers de femmes avaient, pour la première fois, activement participé – comme, par exemple, dans les centres de chèques postaux. Tirant le bilan de la grève pour la CGT, Madeleine Colin2 explique ainsi « le changement historique que représentait l’entrée dans l’action de ces jeunes travailleuses du milieu employé » : les militants masculins, qui n’échappent pas plus au paternalisme qu’au machisme, prennent alors conscience – tout du moins au sommet de la CGT – que les femmes, représentant 37 % de la population active, sont désormais indispensables pour obtenir une avancée des revendications sociales de l’ensemble des salarié(e)s. Madeleine Colin entre au bureau confédéral de la CGT au congrès de juin 1955 pour s’occuper du secteur féminin.

L’un des instruments de ce travail en direction des femmes est la création en 1955 du mensuel Antoinette, qui prend la place d’un modeste bulletin, La Revue des travailleuses, afin de combattre l’idéologie dominante véhiculée par la presse féminine à grand tirage. Au plus haut de sa diffusion dans les années 1970, le tirage d’Antoinette est de 100 000 exemplaires. Madeleine Colin en est directrice jusqu’en 1975, alors que la CGT compte 2 377 000 adhérents et atteint son plus haut niveau depuis la scission de Force ouvrière en 1947.

  • 3 Madeleine Colin, Traces d’une vie… , op. cit., p. 104-105.

Selon Madeleine Colin, la VIe Conférence nationale des femmes de la CGT, en 1977, aboutit à une telle « explosion des revendications syndicales et féministes des militantes » qu’elle effraie la direction masculine de la CGT : « Les militantes qui avaient animé et organisé la conférence […] furent plus ou moins marquées, et comme les problèmes des femmes sont intimement liés à ceux de la démocratie, des prises de position ultérieures les éloignèrent de leur plein gré ou de force de l’organisation. »3

  • 4 Ibid., p. 131.
  • 5 Pour plus de précisions, lire également Madeleine Colin, Traces d’une vie…, op. cit., p. 141-150. (...)
  • 6 « Grève de la rédaction d’Antoinette, magazine de la CGT », Le Monde, 5 mai 1982.
  • 7 « Vive polémique entre les grévistes et la direction de la CGT », Le Monde, 7 mai 1982.
  • 8 « La fondatrice d’Antoinette se déclare solidaire des journalistes », Le Monde, 12 mai 1982.

Dans les années qui suivent, une reprise en main s’amorce : la CGT emprunte, « avec un congrès de retard », la « même évolution ou plutôt la même régression4» que le PCF. Celle-ci suscite une contestation de plus en plus perceptible jusqu’en 1982, tant sur les méthodes de travail et de direction du bureau confédéral que sur le soutien officiel au PCF ou sur des questions internationales comme l’intervention soviétique en Afghanistan ou le syndicat indépendant polonais Solidarnosc. En octobre 1981, à la veille du remplacement de Georges Séguy par Henri Krasucki, la position des trois secrétaires confédéraux minoritaires, Christiane Gilles – qui avait remplacé Madeleine Colin au secteur femmes –, René Buhl et Jean-Louis Moynot, devient intenable et tous trois donnent leur démission du bureau confédéral. « Le féminisme, la mise en cause de l’attitude réductrice de la CGT par rapport à l’expression des aspirations des femmes » nourrissent un foyer de contestation au sein de la rédaction d’Antoinette, que la direction confédérale va s’employer à mettre au pas. L’article reproduit ci-contre résume bien le contexte et les origines de cette crise, qui s’amplifie dans les semaines et les mois qui suivent5. La rédactrice en chef, Chantal Rogerat, est blâmée à deux reprises par la direction de la CGT, tandis que le travail de la rédaction s’avère impossible sous la direction de Jacqueline Léonard. Les journalistes demandent alors au bureau confédéral de statuer sur leur sort. Le 30 avril 1982, ce dernier répond en nommant une nouvelle rédactrice en chef, Éliane Bressol, et annule le numéro de juin en cours de fabrication. Le 3 mai, les neuf journalistes présentes décident de se mettre en grève, pour une durée indéterminée, afin de « protester contre le licenciement abusif de la rédactrice en chef Chantal Rogerat » et « la nomination d’une “journaliste stagiaire”, Éliane Bressol, membre de la commission exécutive confédérale »6. Le lendemain, les administrateurs de la CGT et de La Vie ouvrière, Jean-Claude Gay et Pierre Lasserre, saisissent la copie, les papiers administratifs et les chéquiers7. Le 7, Madeleine Colin, fondatrice et ancienne directrice du mensuel, adresse une lettre au bureau confédéral où elle se déclare solidaire des journalistes et demande à ce que son nom soit retiré du pavé administratif du journal8.

  • 9 « Toujours pas de solution dans le conflitd’Antoinette », Le Monde, 29 mai 1982.

Après de longs pourparlers entre la rédaction et le bureau confédéral sur la possibilité d’un accord sur « l’éventualité de départs sur la base des droits apparentés à la clause de conscience », le bureau confédéral juge, le 24 mai, « inapplicables ces dispositions du code du travail »9.

Début juin, Chantal Rogerat, l’ancienne rédactrice en chef, et Simone Aubert, l’ancienne administratrice, reçoivent finalement leurs lettres de licenciement pour « fautes graves ». Au cours d’une conférence de presse dans les locaux de la CGT présentant le numéro spécial d’Antoinette pour le 40e congrès de la Confédération préparé par la nouvelle direction du journal, des journalistes de l’ancienne équipe offrent symboliquement un bouquet de fleurs jaunes aux « briseurs de grève » de La Vie ouvrière, en la personne de Pierre Tartakowski, qui les avaient remplacées pour la confection de ce numéro – voir le fac-similé ci-contre du Monde du 3 juin 1982.

  • 10 Madeleine Colin, Traces d’une vie… , op cit., p. 225.

Le 6 décembre 1989, une décision du comité confédéral national annonce finalement l’arrêt de la parution d’Antoinette, qui avait ainsi vivoté plusieurs années. Madeleine Colin réagit par une déclaration publique, « Antoinette : la mise à mort », où elle écrit : « Porté par le dévouement militant de sa rédaction et de son réseau de diffuseuses, Antoinette avait réussi à faire circuler dans l’atmosphère confinée des instances de la CGT un vent frais de liberté, de contestation et de féminisme. […] En 1982, toute la direction d’Antoinette était licenciée et celle-ci reprise en main par la direction de la CGT. Dès lors, Antoinette devenait un bulletin mensuel asexué, sans personnalité, pâle annexe de La Vie ouvrière. […] Le moment était venu d’achever la besogne. Sans bruit, lâchement, le coup de grâce vient d’être donné.10»

Notes

1 Lire Dominique Andolfatto & Dominique Labbé, La CGT. Organisation et audience depuis 1945, La Découverte, Paris, coll. « Recherches », 1997.

2 Madeleine Colin (1905-2001), employée des PTT, résistante et militante communiste. Lire sa notice biographique sur le site du Dictionnaire Maitron <www.maitron.org/maitron/Dico/fem4.htm> ainsi que ses mémoires auto-éditées, Traces d’une vie dans la mouvance du siècle (Paris, 1989).

3 Madeleine Colin, Traces d’une vie… , op. cit., p. 104-105.

4 Ibid., p. 131.

5 Pour plus de précisions, lire également Madeleine Colin, Traces d’une vie…, op. cit., p. 141-150.

6 « Grève de la rédaction d’Antoinette, magazine de la CGT », Le Monde, 5 mai 1982.

7 « Vive polémique entre les grévistes et la direction de la CGT », Le Monde, 7 mai 1982.

8 « La fondatrice d’Antoinette se déclare solidaire des journalistes », Le Monde, 12 mai 1982.

9 « Toujours pas de solution dans le conflitd’Antoinette », Le Monde, 29 mai 1982.

10 Madeleine Colin, Traces d’une vie… , op cit., p. 225.

Charles Jacquier

Réalisation : William Dodé