couverture
Agone 41 et 42
« Les intellectuels, la critique & le pouvoir »
Coordination Thierry Discepolo, Charles Jacquier & Philippe Olivera
Parution : 13/10/2009
ISBN : 9782748900811
Format papier : 288 pages (15 x 21 cm)
22.00 € + port : 2.20 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 

Table des matières

Orwell et la dictature des intellectuels James Conant

Le rôle de l’intelligentsia au sein des partis politiques marxistes Jan Waclav Makhaïski

Introductions aux analyses de Makhaïski

Ante Ciliga & la nouvelle classe dirigeante soviétique Ante Ciliga

Une critique prolétarienne de la bureaucratie révolutionnaire Bruno Rizzi

Les analyses de Bruno Rizzi

Régis Debray, « Maître ès renégats » Thomas Didot

Exercice d’admiration

Sollers tel quel Philippe Olivera et Thierry Discepolo

François Furet entre histoire & journalisme (1958-1965) Michael Scott Christofferson

Genèse sociale de Pierre Rosanvallon en « intellectuel de proposition » Christophe Gaubert

Radical, chic, et médiatique Adam Garuet

Sur la fonction de deuxième et de troisième couteau (de poche) Camille Trabendi

À propos de l’« intellectuel de Région » Thierry Fabre, de Jérôme Vidal et de sa « puissance d’agir », de Pascal Blanchard en « free lance researcher »

Sur la responsabilité sociale du savant Alexandre Grothendieck

Les choix du mathématicien Alexandre Grothendieck

« Dire la vérité au pouvoir au nom des opprimés » Gérard Noiriel

Entretien avec Gérard Noiriel

Le philosophe, les médias et les intellectuels Jacques Bouveresse

Entretien avec Jacques Bouveresse

Le constructivisme comme outil de pouvoir aux mains des intellectuels Jean-Jacques Rosat

Vous avez dit « anti-intellectualisme » ? Philippe Olivera

(Auto-)dérision Alain Accardo

en 1979, paraissait  Le Socialisme des intellectuels, de Jan Waclav Makhaïski (1867-1926), un recueil d’articles des années 1898-1918. Traduit et présenté par l’historien de l’anarchisme russe, et futur biographe de Nestor Makhno, Alexandre Skirda, il fit sortir de la confidentialité, l’espace d’une saison, une thèse iconoclaste jusque-là connue seulement de quelques spécialistes : la finalité des partis prétendument révolutionnaires, d’abord sociaux-démocrates, ensuite communistes, était de servir de marchepied aux intellectuels vers le pouvoir.

  • 1  Jean-Pierre Garnier et Louis Janover, La Deuxième Droite, Robert Laffont, 1986.
  • 2  Jacques Julliard, « Un an avant » (Esprit, février 1977), cité in Michael Scott Christofferson, Le (...)

Ce livre bénéficia d’un accueil significatif dans la mesure où sa critique du rôle des intellectuels en tant que classe au sein du mouvement « social-démocrate » entrait en résonance avec quelques-uns des principaux débats du moment sur l’URSS, le marxisme, le contenu du socialisme, etc. Il paraissait en effet dans le contexte « antitotalitaire » d’une tension croissante entre les partis de l’« Union de la gauche » et des intellectuels « de gauche » qui lançaient l’offensive contre eux. Ainsi, pour Jacques Julliard, le directeur de la collection où paraissait ce livre, il s’agissait de considérer le marxisme « ni plus ni moins [comme] la philosophie des intellectuels en tant que classe dirigeante », non pour revenir à un réel projet émancipateur mais pour torpiller une vieille gauche qui n’en finissait pas de faire l’étalage de ses échecs sans esquisser la moindre critique de ses pratiques. Pour les promoteurs d’une « deuxième gauche » encore soucieuse à l’époque du pedigree politique de ses références – elle n’avait pas encore révélé sa vraie nature de « deuxième droite » 1–, le révolutionnaire Makhaïski venait à l’appui du projet d’en finir avec l’intellectuel critique pour lui substituer des « médiateurs entre la société civile et la société politique » 2.

  • 3  Jean-Pierre Garnier, « L’État, la cuisinière… et les intellectuels », Études de marxologie, n° 21/ (...)

Dépassant ces faux débats et leur instrumentalisation partisane, le sociologue Jean-Pierre Garnier livra sur ce livre quelques réflexions bien senties qui allaient à l’essentiel, et que nous reprenons ici en guise d’introduction à deux extraits de textes de Makhaïski lui-même 3.

Loin de devenir le classique qu’il mériterait d’être, permettant de comprendre la nature ambivalente et le dévoiement des premiers mouvements d’émancipation, lourds de conséquences tragiques jusqu’à nos jours, ce livre de Makhaïski est tombé dans l’oubli malgré une nouvelle édition augmentée qui a paru en 2001 aux éditions de Paris/Max Chaleil dans l’indifférence générale.

Charles Jacquier

  • 4  Alexandre Skirda, « Présentation. Le contempteur des “capitalistes du savoir” », in Jan Waclav Mak (...)

ce qui surprend le plus dans les thèses de Makhaïski, c’est, outre la perspicacité de leur auteur, la date à laquelle elles furent écrites et leur extraordinaire actualité. Et il faut savoir gré à Alexandre Skirda, dans la passionnante présentation qu’il en propose, de les avoir situées dans leur contexte historique et théorique avant d’en retracer la postérité. Dès le début du siècle, en effet, Makhaïski décèle dans le socialisme « l’idéologie d’intellectuels qui tirent avantage de la position charnière qu’ils occupent au sein de la société capitaliste – par le contrôle de la production et la gestion de l’économie – ainsi que de leur monopole des connaissances pour tenter de s’ériger en nouvelle classe dominante. Cette classe ascendante de capitalistes du savoir serait limitée dans ses visées par le cadre étroit du capitalisme traditionnel et se servirait donc de la cause ouvrière afin de promouvoir ses propres intérêts 4». Les décennies qui suivirent allaient confirmer le bien-fondé de cette thèse.

  • 5  Ibid., p. 179. « Les grands drames de la mauvaise gestion dans notre pays, c’est le secteur privé  (...)

De la social-démocratie allemande de Kautsky au socialisme « autogestionnaire » de Rocard en passant par le marxisme russe de Lénine et l’« eurocommunisme » de Carillo et Berlinguer, l’expérience n’a effectivement cessé de montrer sur quelle base douteuse se fondait l’essentiel de l’« anticapitalisme » de l’intelligentsia : l’« incapacité » et l’« impuissance » de la bourgeoisie à diriger correctement les affaires du pays. « N’est-il pas évident, demande Makhaïski, que les socialistes s’élèvent seulement contre les formes archaïques de domination, et non contre le pillage séculaire ? Ils n’attendent que le renouvellement de ces formes dépassées. Ils ne se soulèvent pas contre les maîtres en général mais seulement contre ceux qui ont dégénéré, qui ne sont plus capables de diriger et qui conduisent l’économie à la ruine par leur insouciance, leur inactivité et leur ignorance. 5» En d’autres termes, ce que les intellectuels de gauche reprochent à la bourgeoisie, ce n’est pas tant d’être une classe exploiteuse que son incompétence. Eux-mêmes, en revanche, se montrent tout disposés à pallier cette défaillance, quitte à bouter les capitalistes privés hors de la scène historique et à assurer la relève pour parachever, à coups de nationalisation et de planification, la « rationalisation » de l’exploitation.

  • 6  Ibid., p. 92.

Aux yeux de Makhaïski, en effet, le socialisme professé par la caste des « mains blanches » imbues de leur compétence ne va pas dans le sens de l’émancipation des travailleurs : « Ce n’est pas la révolte des esclaves contre la société qui les dépouille, ce sont les plaintes et les plans du petit rapace, de l’intellectuel humilié mais commençant à avoir de l’assise, et qui dispute au patron le bénéfice de l’exploitation des ouvriers. 6» Dispute qui peut tourner fort mal, au point de déboucher sur la liquidation du second par le premier. On parlera, dans ce cas, de « révolution ». Mais, pour Makhaïski, « révolutionnaires » ou « réformistes », les intellectuels socialistes, toutes tendances confondues, sont à mettre dans le même panier : celui des crabes qui luttent pour améliorer leur position de privilégiés sur le dos des ouvriers.

  • 7  Ibid., p. 243.

La révolution d’octobre allait fournir à Makhaïski l’occasion de voir prendre corps « sur le terrain » ses pires appréhensions. À la différence des « marxistes » en tous genres et de leurs frères ennemis, les « goulaguistes », ex-« marxistes » reconvertis dans la défense de l’« Occident », il ne se laisse pas abuser par les étiquettes « populaires », « ouvrières » ou « prolétariennes » accolées aux institutions du nouveau régime mis en place par les bolcheviks. Pour lui, ce ne sont évidemment pas les masses qui sont allées gouverner l’État mais les élites petites-bourgeoises qui, sitôt les anciens dirigeants évincés, se sont empressées d’user du pouvoir gouvernemental contre ceux qui les avaient aidées, les armes à la main, à le conquérir, pour instaurer la « discipline révolutionnaire de travail » dans les fabriques, « réprimer les révoltes des crève-la-faim et écraser impitoyablement les troubles suscités par les ouvriers et les chômeurs » 7. C’est dire si ces « dictatures du prolétariat » qui se muent en dictatures sur le prolétariat, métamorphoses dans lesquelles les experts ès luttes de classes aiment à discerner des « ruses de l’histoire », apparaissent au contraire à Makhaïski comme le fruit logique de leur nature de classe, à condition de s’entendre sur le sens des mots. « Faire la révolution », c’est la diriger, et non servir seulement de chair à canon lors de la prise du pouvoir par la violence. « Construire le socialisme », c’est orienter, organiser et contrôler le développement de la nouvelle société, et non servir seulement de « chair à usine ». Or, à chaque fois que les intellectuels en lutte contre le capitalisme ont, selon l’expression consacrée, « rejoint les rangs du prolétariat », ce fut à une condition : marcher en tête. Ce qui les place naturellement en bonne position lorsque le « parti d’avant-garde » devient État.

  • 8  Ibid., p. 177.
  • 9  Pierre Bourdieu, La Distinction, Minuit, 1979. Sur la manière dont les avant-gardes artistiques le (...)
  • 10  Jan Waclav Makhaïski, Le Socialisme des intellectuels, op. cit., p. 190. Sur l’entretien de la bou (...)
  • 11  « Des sections entières des sciences sociales instituées par l’État s’occupent à élaborer des form (...)

À tous ceux qui s’étaient longuement demandé s’il fallait ou non « désespérer Billancourt » avant de changer de discours pour rassurer Passy, Makhaïski répondit par avance en des termes qui n’ont rien perdu de leur pertinence. « Partout les socialistes s’efforcent de suggérer aux ouvriers que leurs seuls exploiteurs, leurs seuls oppresseurs, ne sont que les détenteurs du capital, les propriétaires des moyens de production. Pourtant, dans tous les pays et États, il existe une immense classe de gens qui ne possèdent ni capital marchand ni capital industriel et, malgré tout, vivent comme de vrais maîtres. C’est la classe des gens instruits, la classe de l’intelligentsia. 8» Ce dont le « travailleur intellectuel » dispose, en effet, et qu’il cherche à faire fructifier au mieux de ses intérêts, c’est ce que Pierre Bourdieu appelle le « capital culturel 9», capital de connaissances qu’il a acquises grâce au travail des ouvriers, comme le capitaliste son usine. Car « pendant qu’il étudiait à l’université, et voyageait pour la “pratique” à l’étranger, les ouvriers, eux, se démenaient à l’usine, produisant les moyens de son enseignement, de sa formation. […] Il vend aux capitalistes son savoir-faire pour extraire le mieux possible la sueur et le sang des ouvriers. Il vend le diplôme qu’il a acquis de leur exploitation 10» ; à moins qu’il ne préfère prendre place dans la cohorte des « agents mercenarisés par l’État 11».

  • 12  Le Socialisme des intellectuels, op. cit., p. 171.

Et quand des « travailleurs intellectuels » se rallient à la « cause du prolétariat » parce qu’ils jugent insuffisamment rétribuée ou reconnue la qualité des services rendus à la classe dirigeante du moment, c’est encore leur intellect qu’ils mobilisent pour masquer leurs plans et leurs calculs de « classe dirigeante potentielle, de futur propriétaire des biens pillés au cours des siècles. Ce n’est pas pour rien que l’intelligentsia a en main toutes les connaissances et sciences 12». Parmi les sciences « socialistes » élaborées pour tromper le prolétariat, il en est une qui s’attire tout particulièrement les foudres de Makhaïski : le marxisme.

  • 13  Ibid., p. 111.
  • 14  Alexandre Skirda, « Présentation », art. cit., p. 16.

Selon Makhaïski, la « première tâche du marxisme est de masquer l’intérêt de classe de la société cultivée, lors du développement de la grande industrie ; l’intérêt des mercenaires privilégiés, des travailleurs intellectuels dans l’État capitaliste 13». Kautsky, Plékhanov et Lénine ont parfaitement su traduire les aspirations de l’élite du savoir à prendre la succession des capitalistes au nom d’une « raison historique » incarnée dans un développement industriel inéluctable, car régi par des lois se situant « au-dessus de la volonté des hommes » et identifié au progrès scientifique, technique, et donc social. Mais il serait vain de ne voir dans cette conversion du socialisme scientifique en religion d’une nouvelle classe ascendante la trahison de la pensée du père fondateur par des héritiers plus ou moins légitimes. Marx lui-même, en effet, aurait contribué à établir cette mystification, en particulier en occultant – pour la légitimer – l’origine de la rémunération des « travailleurs intellectuels » : le produit non payé du labeur des prolétaires. C’est pour obtenir une plus grande part de la plus-value qui leur est extorquée que « l’armée des “mercenaires” privilégiés du capital et de l’État capitaliste se trouve en opposition avec ces derniers à l’occasion de la vente de ses connaissances, et agit, pour cette raison, à certains moments de la lutte, comme détachement socialiste de l’armée prolétarienne anticapitaliste 14».

Plus clairvoyant que les idéologues, dont les diverses interprétations du « phénomène stalinien » devaient fleurir par la suite dans le champ de la théorie marxiste, Makhaïski a vite découvert ce qui demeure encore opaque aux yeux de ces derniers : « L’absence de propriété privée des moyens de production ne résout en rien la question de l’exploitation, même si on appelle cet état de fait, dans un contexte différent, une “production socialisée”. » Et ce n’est pas pour rien qu’il appelle la masse ouvrière à se soulever de nouveau pour ses « exigences précises de classe » contre la « bourgeoisie démocratique d’État ». Qu’il utilise l’expression de « socialisme d’État » au lieu de celle de « capitalisme d’État » pour caractériser cette « ère nouvelle de la domination de classe des travailleurs intellectuels » n’a, sous cet angle, qu’une importance secondaire, sauf pour ceux qui aiment à ne considérer que les mots pour ne pas avoir à envisager les choses.

Il va de soi que, pour l’intelligentsia, l’État « socialiste », ce ne peut être qu’elle. Mais il fallait aussi convaincre les masses que c’était le leur. La « science marxiste » va servir à poser un signe d’égalité entre le rôle dirigeant de la classe ouvrière et celui de ses dirigeants. Ainsi les prétentions de l’intelligentsia révolutionnaire seront-elles sublimées en « mission historique » du prolétariat dont elle aura épousé la cause, non sans avoir introduit « de l’extérieur », au cas où il en aurait douté, la « conscience politique » qui lui manquait. Cet accouplement tératologique va accoucher d’un monstre : le Parti-État qui, pour aider la classe ouvrière à accomplir sa fameuse « mission », « s’appuiera » sur elle au point de l’écraser.

Ainsi s’explique la réceptivité des intellectuels à l’égard du marxisme : exaltés à l’idée de faire enfin plein usage de leurs compétences, une fois délivrés de l’humiliant contrôle des propriétaires, des industriels et des banquiers « privés », ils saluent dans l’avènement du « socialisme » l’avènement de leur propre transcendance. Quant au prolétariat, réduit par les soins des théoriciens à une abstraction historico-philosophique, il ne lui restera plus qu’à développer, contre ses « représentants », son mouvement spontané pour l’autodétermination. Mais pour que son auto-activité ne soit pas que défensive, il lui faut préserver une autonomie de pensée sans cesse remise en cause par une intelligentsia qui, non contente de le priver des produits de son travail, le prive aussi de son identité sociale, beaucoup plus efficacement que peut le faire la bourgeoisie. Car le fait que, pour la première fois dans l’histoire, l’intelligentsia soit en train de devenir une classe dominante est lourd de conséquences. En empêchant la formation d’intellectuels organiques des classes opprimées et le développement d’une vision du monde qui leur serait propre, le règne de l’intelligentsia ne rend-t-il pas problématique la saisie de la réalité sociale autrement que dans les termes de l’idéologie dominante ? La question est autant d’ordre épistémologique que politique. Et elle ne concerne pas seulement les pays du « socialisme » irréel, si l’on en juge par le néo-obscurantisme qui s’est abattu sur la France depuis que l’intelligentsia, après avoir vainement tenté de chevaucher le prolétariat pour caracoler vers les rendez-vous qu’elle s’était fixés avec l’histoire, s’est peu à peu convaincue qu’il valait mieux pour elle rentrer triomphalement au bercail où la bourgeoisie saurait la consoler en lui confiant une nouvelle mission historique : penser un « au-delà du socialisme » compatible avec le maintien du capitalisme.

  • 15  Ibid., p. 47.

Aussi n’est-il pas exagéré de craindre que l’autoconnaissance de la société soit menacée de crise dès lors que le groupe social qui, normalement, assure la production, le maintien et la transmission de la culture et des finalités sociales, s’organise en une classe dont l’activité cognitive est subordonnée à ses propres intérêts de classe. Tant que l’économie de marché ne lui offrait pas assez de débouchés, l’intelligentsia, acculée à engager la lutte pour une société qui lui permettait de conquérir la direction de l’économie, était susceptible d’élaborer une pensée qui, bien que conforme à ses intérêts, n’en était pas moins critique. Mais qu’arrive-t-il lorsqu’elle parvient au pouvoir ou se rallie massivement à celui déjà en place ? La réponse ne se trouve évidemment pas dans Marx, « resté prisonnier de son couple antagoniste capitalistes-ouvriers, sans arriver à une tierce force sociale qui utiliserait son idéologie pour son propre compte 15». Mais on peut déjà entrevoir, à la lecture de la production intellectuelle de ces dix dernières années, où risque de mener l’irruption imprévue de ce « troisième larron de l’histoire » : à l’impossibilité de penser un au-delà du capitalisme et à l’invalidation comme « utopique » de toute critique radicale de l’ordre qu’il a établi. Quitte à présenter cette régression idéologique comme une « révolution théorique ».

Jean-Pierre Garnier

Sur les intérêts de classe de l’intelligentsia (1898)

  • 16  Lire Max Nomad, « Un méconnu : W. Makhaïski », Le Contrat social, septembre 1958, vol. II, n° 5, p (...)

absent de la première édition du recueil de Makhaïski, ce texte est l’un des premiers qu’il ait publié, à l’époque de son emprisonnement dans les geôles tsaristes de Sibérie, sous le titre « L’évolution de la social-démocratie ». Nationaliste récemment devenu marxiste, Makhaïski avait mis à profit cette période pour étudier la littérature révolutionnaire et pour en tirer deux idées destinées à devenir plus tard des évidences : d’abord que les sociaux-démocrates (les socialistes marxistes de l’époque) étaient au fond des libéraux de gauche et des réformateurs sociaux ; ensuite que dans le futur État collectiviste l’intelligentsia constituerait la nouvelle classe dirigeante 16. Ici, Makhaïski discute pied à pied les thèses du principal théoricien marxiste allemand de l’époque, Karl Kautsky, et traque les incohérences de celui qui a bien relevé l’importance de la question des intellectuels sans pour autant aller jusqu’au bout d’une analyse qui remettrait par trop en cause le dogme de la social-démocratie.

  • 17  Le PSP (PPS en polonais) est un parti fondé en 1892 à Paris, dont le programme était la synthèse d (...)

les forces sociales à l’aide desquelles la bourgeoisie domine la pensée du prolétariat n’appartiennent pas à la catégorie comprise habituellement sous le vocable de « petite bourgeoisie » ; elles sont, ainsi qu’il va apparaître plus loin, « progressistes ». Karl Kautsky écrit, en examinant la possibilité de réalisation de l’exigence fondamentale du parti socialiste polonais (PSP 17) : « C’est avec encore plus de légèreté qu’à l’égard de la petite bourgeoisie que les adversaires du PSP parlent de l’intelligentsia. Cette dernière représente une force qu’on ne peut sous-estimer. La société n’a pas seulement besoin d’ingénieurs, de fonctionnaires, d’employés du secteur privé, de professeurs et de médecins, mais également de journalistes et d’avocats, afin de conserver en mouvement son mécanisme. Avec la croissance de la production capitaliste croît simultanément la sphère d’activité de ces professions, ainsi que leur signification pour la vie économique. En outre, c’est sur eux que repose le rôle prééminent dans la politique. Ils possèdent le monopole des connaissances dans la société contemporaine, leurs intérêts sont trop divers pour qu’ils soient en état de former une classe homogène. En général, ils se tiennent plus près de la bourgeoisie mais ne prennent pas part, en tant que classe, à sa lutte de classe. Les membres de l’intelligentsia peuvent, pour cette raison, se placer plus facilement que les membres de la bourgeoisie à un point de vue plus large que celui d’une classe et devenir ainsi les représentants des intérêts généraux d’une nation, ou bien de larges couches de la population, lesquelles provoquent en elle une sympathie “particulière”. »

(Kautsky a encore écarté sans cérémonie tout son matérialisme économique.)

  • 18  Karl Kautsky, Neue Zeit, 1893-1894, n° 12.

L’intelligentsia bourgeoise fournit fréquemment des meneurs spirituels au peuple dans sa lutte de classe, en particulier à son début, tant qu’elle porte un caractère instinctif et inconscient exprimant grandement ses aspirations, avec force et fermeté. […] Elle possède une signification encore plus grande lorsqu’elle prend parti en faveur d’une certaine idée, car elle crée un nœud spirituel de la société. […] C’est qu’il ne faut pas fermer les yeux sur le fait qu’en Pologne c’est l’intelligentsia qui souffre le plus du gouvernement russe et qu’on la pousse violemment vers l’étreinte avec la cause nationale. 18»

Malgré le raisonnement brumeux du « matérialiste économique », rappelant plutôt en cela le subjectivisme russe, et malgré sa relation double envers la question posée, nous ne soulignerons ici que l’une de ses pensées profondes : la « croissance » de l’intelligentsia en tant que classe bourgeoise privilégiée, croissance provoquée par les besoins du régime capitaliste en pleine augmentation eux-mêmes. Kautsky relève encore plus nettement ce phénomène, que la social-démocratie n’estime nécessaire de le traiter dans son programme, dans une série d’articles publiés par l’organe officiel du parti, le Neue Zeit : « [Dans la société capitaliste] le travail intellectuel devient la tâche spéciale d’une classe déterminée, qui n’est pas en général directement intéressée à l’exploitation capitaliste – et qui par sa nature ne l’est pas nécessairement. Cette classe intellectuelle vit en faisant valoir ses connaissances et ses capacités spéciales.

» Cette classe, dont les débuts coïncident avec la production marchande simple, voit son rôle augmenter rapidement dans le mode de production capitaliste, lequel lui délègue toujours davantage les travaux intellectuels, jusque-là réservés aux exploiteurs eux-mêmes, et lui crée de jour en jour de nouveaux champs d’activité. […]

  • 19  Karl Kautsky, Neue Zeit, n° 27, 28 & 29, 1895. Une traduction française a été publiée dans Le Deve (...)

» L’intelligentsia se recrute d’abord parmi ses propres enfants. Elle ne veut pas les laisser descendre dans des classes moins privilégiées. […] La disparition de la petite exploitation dans la ville comme à la campagne force aujourd’hui les petits-bourgeois et aussi beaucoup de paysans à faire monter à tout prix leurs enfants dans l’intelligentsia, qu’ils y soient capables ou non, et qu’ils aient ou non des dispositions, car la partie de leurs enfants qui n’y réussit pas se retrouve sous la menace de tomber dans le prolétariat. […] Une nouvelle classe moyenne, très nombreuse et qui croît constamment, se forme de cette manière. […] Si tentant qu’il soit d’étudier plus à fond cette question, nous devons nous en tenir là pour ne pas trop interrompre la marche de notre étude. 19»

  • 20  Au congrès d’Erfurt du SPD en 1891, Karl Kautsky rédigea, avec l’approbation d’Engels, la partie t (...)

Kautsky conclut ainsi son étude car il étudie alors la possibilité d’attirer davantage l’intelligentsia dans le mouvement social-démocrate. Il élude très sagement la question « tentante », parce qu’il s’est rendu compte que l’analyse fondamentale du phénomène constaté, ainsi que l’application conséquente de ses conclusions, entreraient en collision avec les « principes » sociaux-démocrates. Par exemple, ce phénomène annulerait indubitablement la thèse suivante du programme d’Erfurt 20: « Tous les avantages de cette transformation [le développement capitaliste] sont monopolisés par les capitalistes et les grands propriétaires terriens. » Cette thèse ne serait donc plus exacte, car la croissance de la production capitaliste fournirait alors un bénéfice direct, entre autres, à la « nouvelle classe moyenne » – l’intelligentsia – « très nombreuse et sans cesse croissante ».

La croissance d’une nouvelle couche bourgeoise privilégiée, en fait d’une nouvelle classe bourgeoise de « salariés » privilégiés, la croissance de l’intelligentsia capitaliste dépend donc essentiellement de l’existence heureuse et prospère de la production capitaliste.

Conformément à l’esprit du programme social-démocrate, il conviendrait de penser que l’ennemi du prolétariat serait une poignée constamment en diminution (un nombre relativement faible – programme d’Erfurt) de capitalistes et de grands propriétaires terriens. C’est pourquoi se justifient la « patiente attente » et les autres vertus sociales-démocrates.

  • 21  En allemand, l’étroite association des mots « bourgeois » et « citoyen » traduit une forte spécifi (...)

Bien au contraire, le nouveau phénomène que Kautsky a été obligé de remarquer montre clairement que l’ennemi du prolétariat est la société bourgeoise incessamment croissante. Kautsky appellera à l’aide tous les standards de l’opportunisme social-démocrate mais pour rien au monde ne fera une conclusion semblable, parce que son ennemi reste « le nombre relativement faible de capitalistes et de grands propriétaires terriens » ; tout le reste de la société bourgeoise n’est qu’une société civile 21, comme pour Liebknecht en 1869, quelque chose dans un certain sens d’inclassable et d’asexué, une espèce de spectateur non intéressé directement à l’exploitation capitaliste, et « capable de dépasser un étroit point de vue de classe », chez qui « se crée la sympathie à l’égard des intérêts des larges masses du peuple »… En un mot, un élément avec lequel, quelle que soit l’évolution capitaliste, le prolétariat est condamné plus ou moins à « collaborer » dans la lutte commune contre un « nombre relativement faible de capitalistes et de grands propriétaires terriens ».

  • 22  Article de Max sur l’intelligentsia, Neue Zeit, 1895, n° 21.

Malgré son exemplaire retenue social-démocrate vis-à-vis des questions « tentantes », Kautsky est amené à révéler quelques secrets sur la nature de l’intelligentsia, de cette noble classe, capable de dépasser un « étroit point de vue de classe ». Il est obligé de le faire car d’autres, dans les rangs sociaux-démocrates, rêvent encore de projets, par trop utopiques, de création de « bataillons ouvriers » composés d’instituteurs, de médecins, etc. 22

Dans le texte déjà indiqué de Kautsky, nous lisons encore : « Les travailleurs intellectuels ont cette particularité de n’avoir aucun intérêt commun de classe, d’avoir seulement des intérêts professionnels, mais, malgré cela, ils représentent une couche sociale privilégiée en opposition avec le prolétariat qui veut, lui, mettre fin à tous les privilèges. […]

» Le service de la guerre et l’Église formaient à l’époque féodale des moyens d’établissement pour le noble. Le mode de production capitaliste a ajouté à ces moyens l’intelligentsia. […] L’intelligentsia est l’aristocratie de l’esprit et son intérêt, dans la société actuelle, lui commande de maintenir par tous les moyens ce caractère. […] De là l’antisémitisme florissant dans ces milieux, l’opposition contre les études féminines, l’effort de maintenir des barrières corporatives traditionnelles là où elles existent, ou d’en élever de nouvelles là où elles n’existent pas. […]

  • 23  Karl Kautsky, Neue Zeit, 1895, n° 27, 28 & 29, p. 111, 114-115 ; et Le Devenir social, n° 3, juin  (...)

» Quand la social-démocratie demande pour tous le même droit à l’instruction, quand elle cherche à renverser les obstacles qui empêchent la femme comme le prolétaire de monter dans l’intelligentsia, c’est-à-dire dans l’intelligentsia laborieuse, elle ne fait que donner plus d’intensité au fait qui, dans la société actuelle, agit le plus mortellement sur l’intelligentsia : la surproduction des gens instruits. Sur ce point capital, les intérêts du prolétariat sont diamétralement opposés à ceux de l’intelligentsia. 23»

Ainsi Kautsky, malgré ses louvoiements, n’ignore rien du parasitisme de l’existence de l’intelligentsia en tant que classe de la société bourgeoise, qui s’efforce par tous les moyens de conserver son monopole, et dont les intérêts sont « diamétralement opposés » à ceux du prolétariat. Mais voilà, dans la Pologne russe, cette intelligentsia privilégiée « souffre elle-même le plus du gouvernement russe ». Connaissant ce fait, Kautsky ne pense même pas à en tirer une conclusion, la seule possible selon la théorie socialiste de la lutte de classe, à savoir que la « souffrance » de l’intelligentsia polonaise fait naître un intérêt de classe très fort et bien précis de la société bourgeoise polonaise ; laquelle prend pour tâche d’utiliser le mouvement ouvrier comme instrument de diminution de cette « souffrance » du privilège, pour le développement de la vie parasitaire de la classe intellectuelle dans son ensemble. Il ne peut donc tendre qu’à aider cet intérêt de classe de sa bourgeoisie nationale à atteindre son but.

Cette attitude à la fois opportuniste et exemplaire de Kautsky à l’égard du patriotisme polonais n’est que la conséquence logique de son habileté à savoir se retenir à temps devant une question « tentante », afin de ne pas transgresser une formule quelconque de la social-démocratie. Le phénomène nouveau de l’évolution capitaliste le force à affirmer que la classe de l’intelligentsia dans son ensemble est une classe privilégiée, croissant irréversiblement, et qu’elle porte en elle un caractère « aristocratique », qu’elle est aussi plus proche de la bourgeoisie. Cependant, les principes sociaux-démocrates ne lui permettent en aucun cas d’appeler cette classe « ouvertement bourgeoise » – c’est-à-dire ennemie du prolétariat –, car il est bien connu que la bourgeoisie – l’ennemi officiel du prolétariat – ne peut être qu’un « nombre relativement faible de capitalistes et de grands propriétaires terriens ».

L’intelligentsia représente, il est vrai, une « classe privilégiée de la société bourgeoise », mais elle est tout de même composée de « travailleurs » qui, bien que privilégiés, ne sont en aucun cas les « capitalistes et les grands propriétaires terriens » (programme d’Erfurt). Les principes infaillibles de la social-démocratie ont donc décidé une fois pour toutes que la « nouvelle classe moyenne, très nombreuse et croissante » – l’intelligentsia – est un composant hors classe d’un régime de classes qui serait condamné, conformément à cette définition, à rester tel, bien que se renforçant et croissant sans cesse. Ses privilèges auraient beau se multiplier, sa vie parasitaire s’afficher, l’« opposition diamétrale » de ses intérêts vis-à-vis du prolétariat se manifester, l’intelligentsia serait malgré tout condamnée à ne pas prendre part, en tant que classe, à la lutte entre la bourgeoisie et le prolétariat, ce qui signifie selon l’enseignement social-démocrate qu’elle serait douée de la plus ou moins grande capacité à « dépasser » l’étroit intérêt de classe !

  • 24  Kautsky parle, il est vrai, du « monopole du savoir », mais il affirme par ailleurs que le « savoi (...)

Les principes sociaux-démocrates considèrent, comme nous l’avons vu plus haut, que la réalisation des « connaissances et capacités spéciales » de l’intelligentsia, en tant que classe, ne serait pas liée par sa nature avec l’exploitation capitaliste. Ces principes infaillibles ne soupçonnent même pas que la possibilité de reproduction de l’intelligentsia, de génération en génération, en tant que classe, de transmission des « connaissances et capacités spéciales », présuppose une propriété héréditaire « spéciale » chez cette classe et par conséquent que cette reproduction est liée et intéressée directement à l’existence de l’exploitation capitaliste 24.

Kautsky n’a pas oublié que le prolétariat, en tant que classe la plus inférieure, veut en finir avec tous les privilèges. Voulant indiquer ensuite avec plus d’exactitude la différence d’intérêts entre lui et l’intelligentsia, puis révéler le « point décisif à cet égard », il omet de parler des intérêts de l’intelligentsia en tant que classe, tout en mentionnant les aspirations de sa partie réactionnaire (antisémite, antiféministe) et leur opposant non pas la « volonté du prolétariat d’en finir avec les privilèges », mais l’exigence de la social-démocratie d’un libre accès pour les prolétaires et les femmes au privilège d’entrer dès maintenant dans les rangs de l’intelligentsia laborieuse, exigence que partagent volontiers les bourgeois libéraux.

Si la social-démocratie voulait, comme le prolétariat, en finir avec tous les privilèges et ne se satisfaisait pas de la proclamation d’un brumeux « droit à l’instruction égal pour tous », ainsi que du zèle à détruire les obstacles qui empêchent actuellement les femmes et les ouvriers à s’élever dans les rangs… de l’intelligentsia laborieuse, elle saurait que l’ennemi du prolétariat n’est pas seulement l’antisémite ou l’antiféministe, élevant des « barrières » artificielles contre la pénétration de nouveaux membres dans l’intelligentsia, mais aussi le libéral qui prône le « libre accès » pour le prolétaire, actuellement, à l’intelligentsia laborieuse. Elle saurait que l’ennemi du prolétaire, ce sont les intérêts de classe de l’intelligentsia reposant sur son exploitation. Tous les plans de politique sociale progressiste, de socialisme d’État, etc., qui naissent dans la sphère de la classe capable de « dépasser l’étroit horizon de classe » ont pour but évident non pas la suppression de l’exploitation du prolétariat mais son adoucissement, son atténuation, ceci afin de la renforcer encore davantage.

Anciens et nouveaux maîtres (1905)

marqué par onze années de privation de liberté dans les bagnes tsaristes, Makhaïski, installé à Genève en 1903 et prématurément vieilli, ne retourna pas en Russie en 1905 pour y participer à la première révolution. Néanmoins ses idées se répandirent parmi quelques groupes des grandes villes de l’empire russe. Il publie cette année-là le texte suivant, sous le titre « La révolution bourgeoise et la cause ouvrière », où il précise sa critique du socialisme et des intellectuels, affirmant sa méfiance à l’égard de théories qui traitent la révolution non comme un objectif immédiat mais comme le résultat lointain des actions des intellectuels. Il y critique aussi une « science socialiste », inaccessible aux exploités, et dont le résultat ne pourrait être que la prééminence de ses servants.

quels que soient les livres, les brochures, les programmes ou les journaux que l’on consulte, qu’ils soient sociaux-démocrates ou anarchistes, anciens ou récents, partout les socialistes s’efforcent de suggérer aux ouvriers que leurs seuls exploiteurs, leurs seuls oppresseurs sont les détenteurs du capital, les propriétaires des moyens de production. Pourtant, dans tous les pays et États, il existe une immense classe de gens qui ne possèdent ni capital marchand ni capital industriel et, malgré tout, vivent comme de vrais maîtres. C’est la classe des gens instruits, la classe de l’intelligentsia.

Ils ne possèdent ni terre ni usine, et cependant jouissent de revenus comparables à ceux des capitalistes, moyens ou grands. Ils ne possèdent rien, mais tout comme les grands et moyens capitalistes sont des « mains blanches », comme eux exemptés leur vie durant de travail manuel ; et s’ils participent à la production, ce n’est qu’en qualité d’ingénieurs, de directeurs, de gérants ; ils apparaissent donc vis-à-vis des ouvriers, esclaves du travail manuel, en maîtres et dirigeants identiques en tout point aux capitalistes-entrepreneurs.

Les socialistes ont de tout temps répandu parmi les ouvriers un immense mensonge : il n’y aurait que des capitalistes qui vivraient de l’exploitation et du pillage. Pourquoi ce mensonge ? Qu’apporte-t-il aux socialistes ? Il préserve toute la société cultivée du monde des attaques d’esclaves insurgés, car les ouvriers socialistes qui en sont victimes ne s’en prennent qu’à la seule vieille classe de pillards. Aussi ce mensonge garantit-il la survie parasitaire de la société dominante, puisqu’il ne vise que le seul mode ancien de rapine.

On voit bien ainsi comment les socialistes aspirent à la suppression de l’oppression séculaire des ouvriers. Ils ne font que promettre l’émancipation aux ouvriers, que prier pour son avènement, tout comme les chrétiens promettaient, croyaient et songeaient au paradis. Ce qui ne les empêche nullement, dans la vie réelle, de développer et d’affermir le pillage permanent. […]

Les savants socialistes aiment expliquer avec force détails que les capitalistes n’ont pas toujours été aussi bons à rien qu’aujourd’hui. Au contraire, lorsque la bourgeoisie n’avait pas encore renversé la domination des aristocrates, toute l’industrie ne devait ses succès qu’à l’activité fiévreuse des capitalistes, qu’à leur lutte incessante contre l’ordre ancien, lutte qui conduisit à la liberté. En outre, les doctes socialistes expliquent que les choses se sont passées de la même façon dans l’histoire avec toutes les classes privilégiées. Tout comme les capitalistes, les nobles et même les esclavagistes de l’Antiquité ne devinrent superflus, inutiles à la société, qu’à la fin de leur domination, lorsqu’ils dégénérèrent ; ils furent alors remplacés par de nouveaux maîtres. Au début de leur entrée dans l’histoire, toutes ces classes dominantes firent avancer l’humanité sur de nouvelles voies et la société ne put se passer d’eux. Les révolutions n’éclataient, disent encore les socialistes, qu’aux époques de dégénérescence des classes anciennes. La révolution socialiste arrivera, concluent les socialistes, au moment de la dégénérescence du mode de production capitaliste.

N’est-il pas évident que les socialistes s’élèvent seulement contre les formes archaïques de domination, et non contre le pillage séculaire ? Ils n’attendent que le renouvellement de ces formes dépassées. Ils ne se soulèvent pas contre les maîtres en général, mais seulement contre ceux qui ont dégénéré, qui ne sont plus capables de diriger et qui conduisent l’économie à la ruine par leur insouciance, leur inactivité et leur ignorance. Les socialistes ne voient même pas la possibilité de lutter contre le système du pillage, au cas où celui-ci se développerait et irait de l’avant, et considèrent qu’il n’est pas possible de provoquer une révolution tant que le capitalisme est, comme ils disent, « capable de se développer ».

Ceux qui ne se révoltent, tels les socialistes, que parce que le régime séculaire de pillage s’est aggravé, ceux-là ne font qu’exiger sa rénovation, son développement, et ne font rien de décisif pour sa suppression. C’est pourquoi les socialistes qui avaient promis, tout au long du xixe siècle, la chute du régime bourgeois n’ont fait en réalité que hâter son évolution, l’obligeant à aller de l’avant et à se rénover. Alors qu’ils prédisaient la veille une mort immédiate au capitalisme, ils furent obligés d’expliquer que cette forme archaïque de production s’était avérée, contrairement à leur attente, très capable de survivre et de durer et que, malgré tout, ce régime leur offrait, dans les pays occidentaux, une liberté croissante.

Ceux donc qui ne se révoltent que contre les maîtres dégénérés et inactifs, incapables de diriger davantage, ne font qu’en exiger de nouveaux plus capables, que faciliter leur avènement et, par conséquent, n’affaiblissent pas mais renforcent la domination séculaire de l’homme sur l’homme. […]

La science socialiste s’est efforcée de bien dissimuler, dans son enseignement, le futur maître dont elle prépare la libération et la totale domination. Les savants socialistes ont agi, dans ce cas précis, à l’exemple des politiciens et apôtres de la bourgeoisie du temps de sa lutte contre les nobles. À l’époque de la Révolution française de 1789, la science expliquait que les seuls pillards de la société étaient représentés par un petit nombre d’aristocrates dégénérés et débauchés. Tout le reste de la population ne formait apparemment qu’un peuple homogène, solidaire et laborieux, auquel il suffisait, en fin de compte, de renverser la poignée de parasites pour atteindre « la liberté, l’égalité et la fraternité » pour tous.

Toutefois, parmi ce « peuple » laborieux et solidaire se trouvait la classe déjà assez nombreuse de bourgeois, capitalistes et industriels, qui s’étaient multipliés et développés depuis des siècles. Cette classe contraignit les masses ouvrières à combattre les aristocrates pour lui obtenir des droits égaux à ceux des anciens privilégiés, ainsi que le droit de disposer sans limite des richesses du pays.

C’est pour cette raison qu’à la fin de la lutte les ouvriers purent se persuader qu’ils étaient tombés dans une servitude plus grande encore que sous les nobles.

C’est d’une façon tout identique que les socialistes contemporains assurent aux masses ouvrières qu’elles ne sont exploitées que par une « poignée infime de magnats du capital » et de « grands propriétaires terriens » qui s’emparent des fruits de leur travail. Cette prétendue poignée de pillards exploiterait « toute la société », toutes « les masses laborieuses », tout le reste de la population qui serait privé chaque jour davantage de ses biens et s’assimilerait de la même façon au prolétariat exploité. Les socialistes accomplissent ici, par leur définition du « prolétariat », le même tour de passe-passe que les démocrates bourgeois avec leur peuple.

Les prophètes du capitalisme assimilaient au « peuple laborieux entier » les millionnaires ; les socialistes agissent de même en mêlant impudemment aux rangs du « prolétariat travailleur et exploité » toute une classe de vrais « maîtres aux mains blanches », vivant la vie rassasiée des maîtres et jouant le rôle honorable et dominateur de commandant des esclaves, des travailleurs manuels. Cette armée de cols blancs se sert des révoltes ouvrières pour marchander, auprès des maîtres, des revenus propres sans cesse plus grands ; et en cas d’éviction de la classe des capitalistes – ce dont rêvent les socialistes – cette armée de cols blancs ne tarderait pas à occuper les places des entrepreneurs privés, de commander directement, et pour son propre compte, les ouvriers, et à s’approprier sans partage toutes les richesses du monde. Tout comme les capitalistes se sont réconciliés avec les aristocrates, l’intelligentsia, tout le monde cultivé, se réconcilierait rapidement avec les anciens maîtres, pour un ordre socialiste, et la servitude des ouvriers ne ferait que se renforcer.

Notes

1  Jean-Pierre Garnier et Louis Janover, La Deuxième Droite, Robert Laffont, 1986.

2  Jacques Julliard, « Un an avant » (Esprit, février 1977), cité in Michael Scott Christofferson, Les Intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France, 1968-1981, Agone, 2009, p. 290.

3  Jean-Pierre Garnier, « L’État, la cuisinière… et les intellectuels », Études de marxologie, n° 21/22, juin-juillet 1981. Cet article rendait compte également des livres de Rudolf Bahro L’Alternative (Stock, 1979) et de Gyorgy Konrad et Ivan Szelényi La Marche au pouvoir des intellectuels (Seuil, 1979). Nous reproduisons ici seulement ce qui concerne Makhaïski ainsi que les réflexions générales que l’auteur en tire.

4  Alexandre Skirda, « Présentation. Le contempteur des “capitalistes du savoir” », in Jan Waclav Makhaïski, Le Socialisme des intellectuels, Seuil, « Points-Politique », 1979, p. 8.

5  Ibid., p. 179. « Les grands drames de la mauvaise gestion dans notre pays, c’est le secteur privé », affirmait, par exemple, Michel Rocard lors du lancement de sa candidature à la présidence de la République (Le Monde, 27 février 1980).

6  Ibid., p. 92.

7  Ibid., p. 243.

8  Ibid., p. 177.

9  Pierre Bourdieu, La Distinction, Minuit, 1979. Sur la manière dont les avant-gardes artistiques les plus radicales usent de leur capital-savoir à des fins de réussite personnelle, lire Louis Janover, Surréalisme, art et politique, Galilée, 1980.

10  Jan Waclav Makhaïski, Le Socialisme des intellectuels, op. cit., p. 190. Sur l’entretien de la bourgeoisie, grande et petite, par les travailleurs non intellectuels dans la France d’aujourd’hui [de 1981, ndlr], lire Christian Baudelot, Roger Establet et Jacques Toisier, Qui travaille pour qui ?, Maspero, 1979, p. 253.

11  « Des sections entières des sciences sociales instituées par l’État s’occupent à élaborer des formules de domination », notait déjà Makhaïski en 1900. Grâce à un tel « travail intellectuel », les classes dominantes et le régime des classes « continuent à bien se porter » (Le Socialisme des intellectuels, op. cit., p. 126). Que dirait-il face aux centaines de chercheurs « de gauche » affairés aujourd’hui, « marxistes » en tête, à étudier les « mouvements sociaux » pour le compte de l’État ! Lire notre ouvrage, Le Marxisme lénifiant Le Sycomore, 1979.

12  Le Socialisme des intellectuels, op. cit., p. 171.

13  Ibid., p. 111.

14  Alexandre Skirda, « Présentation », art. cit., p. 16.

15  Ibid., p. 47.

16  Lire Max Nomad, « Un méconnu : W. Makhaïski », Le Contrat social, septembre 1958, vol. II, n° 5, p. 272-279.

17  Le PSP (PPS en polonais) est un parti fondé en 1892 à Paris, dont le programme était la synthèse des revendications socialistes et nationalistes à l’époque où le territoire polonais était divisé entre la Russie des tsars, le Reich allemand et l’Empire austro-hongrois. L’un de ses principaux dirigeants était Joseph Pilsudski, progressivement devenu le chef de la fraction nationaliste du parti et futur

président de la Pologne indépendante. La fraction de gauche, elle, s’est rapprochée du parti social-démocrate (marxiste) de Pologne et de Lituanie de Rosa Luxemburg et Léo Jogiches. Mais à la date du texte de Makhaïski, en 1898, cette division n’est pas encore effective. [ndlr]

18  Karl Kautsky, Neue Zeit, 1893-1894, n° 12.

19  Karl Kautsky, Neue Zeit, n° 27, 28 & 29, 1895. Une traduction française a été publiée dans Le Devenir social, n° 2, mai 1895, p. 110-112 pour le passage cité. [ndt]

20  Au congrès d’Erfurt du SPD en 1891, Karl Kautsky rédigea, avec l’approbation d’Engels, la partie théorique du programme du parti. Il la développa l’année suivante dans un commentaire du programme d’Erfurt qui s’appuyait sur la

conviction de l’effondrement nécessaire du capitalisme, conformément à ses lois de développement, et sur la volonté d’émancipation du prolétariat, l’expression politique de ce dernier étant la social-démocratie. En 1899, Lénine affirma avoir été profondément influencé par ces thèses. [ndlr]

21  En allemand, l’étroite association des mots « bourgeois » et « citoyen » traduit une forte spécificité de la bourgeoisie (Bürgertum) qui, encore à la fin du xixe siècle, cultive un sens très vif de la tradition hérité de l’ancien régime où le bourgeois était l’habitant des villes avec ses libertés, ses privilèges et ses droits. Plus qu’ailleurs identifiée par un certain rapport à la culture (acquise entre autres par le passage dans le Gymnasium et cultivée dans les corporations étudiantes), la bourgeoisie allemande véhicule aussi le souvenir de l’époque – à la fin du xviiie et au début du xixe siècles – où l’affirmation d’une société civile correspondait aux progrès des classes moyennes. Plus qu’ailleurs, la bourgeoisie allemande de la fin du xixe siècle est marquée par l’opposition de deux fractions définies d’un côté par le capital culturel (Bildung) et de l’autre par le capital économique (Besitz). [ndlr]

22  Article de Max sur l’intelligentsia, Neue Zeit, 1895, n° 21.

23  Karl Kautsky, Neue Zeit, 1895, n° 27, 28 & 29, p. 111, 114-115 ; et Le Devenir social, n° 3, juin 1895, p. 273.

24  Kautsky parle, il est vrai, du « monopole du savoir », mais il affirme par ailleurs que le « savoir est… une force de travail » (Max, « Ueberfuellung der hocheren Berufe », Neue Zeit, 1891-1892).

Jan Waclav Makhaïski

Réalisation : William Dodé