couverture
Agone 8 et 9
« Le Vivant »
Parution : 01/01/1993
ISBN : 9782748900620
Format papier : 268 pages (15 x 21 cm)
15.00 € + port : 1.50 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

PDF 
EPUB 

Depuis la question de l’origine du vivant à la façon dont il a évolué; son statut dans l’histoire de notre pensée et dans le fondement de notre société contemporaine; jusqu’à sa place dans notre imaginaire.

> vous souhaitez vous abonner à la revue Agone

Sommaire

Évolution du vivant. Débat, Bernard Brun, Jean-François Gérard, Pierre-Henri Gouyon, Jacques Ninio, Pierre-Yves Quenette, Philippe Vernier

La théorie biologique, Bernard Brun
J’interprète les résistances à la logique darwinienne comme autant de faux-fuyants par lesquels, à bon compte, on échappe à cette évidence qu’il ne suffit pas de se déclarer anti-raciste ou de dénoncer le Q.I. pour avoir la garantie d’être dans une quelconque justesse éthique généralisée, et qu’aucune assurance à ce sujet ne saurait procéder de considérations scientifiques.

D’une sélection naturelle vers une évolution guidée par les contraintes, Pierre-Yves Quenette & Jean-François Gérard
Au modèle du hasard et de la nécessité -hasard des mutations, nécessité des lois statistiques de la sélection naturelle – se substitue une évolution du vivant comme résultat des interactions entre les contraintes historiques et structurelles, la sélection naturelle et la dérive génétique. et l’euthanasie pourra enfin être considérée de façon plus sereine: il deviendra moins grave de supprimer des être vivants, puisqu’on pourra en faire d’autres.

Petite généalogie de l’espèce, Laurence Foucaut
Nous avons du mal à nous défaire des vieilles habitudes à nommer et à classer les êtres, et lorsque nous touchons du doigt la résistance du vivant à être bien nommé, nous pensons : «Mon vocabulaire manque de précision » ; et encore une fois, nous confondons les mots et les choses.

Le passage du non-vivant au vivant, à l’origine, M.Christine Maurel
Il est probable que la vie ne soit pas apparue dans les océans mais en bordure des mers ou des lacs; des argiles ayant pu favoriser les rencontres et les concentrations de molécules organiques toutes prêtes à se lier entre elles. Les premiers « organismes » auraient alors été de nature totalement différente de ceux que nous connaissons aujourd’hui.

Chronique d’une vie artificielle, Éric Bollabeau & Guy Theraulaz
Offrant la possibilité d’étudier la notion plus englobante de «vie-telle-qu’elle-pourrait-être», la vie artificielle se prétend un complément des disciplines classiques de la biologie. Toutefois, s’agissant de créer des comportements qui miment le vivant sans autre souci que celui de la ressemblance purement phénoménale, le statut explicatif des simulations (nombreuses), des modèles (moins nombreux) et des théories (rares) proposés par la vie artificielle reste à définir.

Syndrome de Gepetto et machine de Türing, Nicolas Reeves
La simulation du vivant semble bel et bien confondue avec la genèse d’organismes doués d’une vie véritable : le scientifique lorgne vers le Créateur tout-puissant qui donne la vie et rédige les tables de la Loi. Le jour où l’homme saura fabriquer la vie, elle perdra de l’importance.

L’architecture du goût, Mallliei Corrada
On pourrait parler de l’évolution de la nourriture, de la gastronomie et des menus du restaurant. Après Darwin, il existe une explication prêt-à-porter pour tout, et avec l’aval de la théorie de l’évolution, on pourrait jeter les bases d’une architecture du goût.

Idée de vie et modèles biologiques dans la pensée de Nietzsche, André Simha
Parce que l’homme est un animal dont le type n’est pas encore fixé et que le penseur est une victoire précaire de l’individu sur le milieu, l’espérance se fonde sur l’impossibilité d’assujettir une nature qui décoche ses flèches sans viser, et se trompe un nombre infini de fois.

La crise bioéthique du droit, Olivier Salazar-Ferrer
En s’attaquant à l’ontogenèse et à la constitution génétique des sujets du droit, la crise bioéthique est une crise de la fondation autant qu’une crise de la représentation des limites de la légitimité d’une utilisation de la technè sur le patrimoine naturel.

Contes à rebours, Jehan Pyrr
Écoute le bruit des dents/ bien sûr la vie se nourrit d’elle même/
elle chasse/

Sur quelques véhicules de cette inspiration poétique, Bruno Sibona
Les lois de l’évolution en pluie nous dament comme du sable.
Il nous faut une reine, des taupes nues et sociables.
Des vieillards monkeys s’appuient d’une main l’un sur l’autre.
Tu te bouches les oreilles et c’est une jungle que tu entends
À travers les os de ton crâne. Tu le rases. C’est un chaume.

Ces demeures sacrées – Mémoires, Jacques Charles Senez
Le récit que nous publions ici commence à l’Institut Pasteur avant que les trompettes de la gloire ne réveillent le vieux bâtiment dont l’auteur ne resta jamais très éloigné tout en traçant son propre chemin, au CNRS, à Marseille; un chemin qui l’amena, avec l’étude de la dégradation microbienne des hydrocarbures, à mettre au point pour la BP une production industrielle de protéines alimentaires à partir du pétrole; un moment d’histoire des sciences durant lequel l’affaire Lyssenko, incursion violente du politique chez le savant, lui fit rendre sa carte du PCF. Mais Jacques Charles Senez n’a pas seulement raconté un moment d’histoire, il l’a écrit.

MARGINALIA

Chroniques bucarestoises, Adrian Balcàn

Réalisation : William Dodé