couverture
La Brochure de Junius
la guerre et l’Internationale (1907-1916)
Traduit de l’allemand par Marie Hermann
Œuvres complètes, tome IV
Parution : 20/10/2014
ISBN : 9782748902150
Format papier : 256 pages (14 x 21 cm)
18.00 € + port : 1.80 €

Commander

Lire en ligne 
Format PDF 
Format EPUB 

Accès libre

Lire en ligne 
PDF 
EPUB 

Rédigée en 1915 en prison, La Crise de la social-démocratie, plus connue sous l’appellation de « Brochure de Junius », est complétée dans ce volume par les articles et discours du groupe Die Internationale (traduits pour la première fois) ainsi que les interventions de Rosa Luxemburg dans le cadre de l’Internationale socialiste. L’ensemble constitue un réquisitoire implacable contre la guerre et l’abandon du terrain de classe par la IIe Internationale. C’est aussi une exhortation lucide adressée au prolétariat à prendre toute la mesure de cette bifurcation historique que représente août 1914. Notre présent reste prisonnier de l’alternative posée depuis lors : révolution socialiste ou enfoncement dans la barbarie.

Au sommaire : « Introduction », « Le congrès socialiste international de Stuttgart », « Le BSI et la guerre des Balkans », « Impérialisme », « Dernière réunion du BSI avant la guerre », « Pour la solidarité internationale », « La reconstruction de l’Internationale », « Perspectives et projets », « La sauce Parvus », « Conférence nationale du groupe Internationale », « La brochure de Junius », « Principes directeurs pour les tâches de la social-démocratie internationale ».

Rosa Luxemburg

Rosa Luxemburg (1871–1919), née en Pologne russe en 1871, est l’une des principales militantes et théoricienne du mouvement ouvrier international avant et pendant la première guerre mondiale. Elle enseigne l’économie politique de 1907 à 1913 à l’école du parti social-démocrate allemand de Berlin. Elle maintient lors du premier conflit mondial un internationalisme intransigeant qui lui vaut d’être emprisonnée de façon quasi-continue jusqu’à sa libération par la révolution de Novembre 1918. Avec le groupe Spartakus elle se lance dans une intense activité révolutionnaire jusqu’à son assassinat le 15 janvier 1919 par les corps-francs.

Rosa Luxemburg aux éditions Spartacus

Les livres de Rosa Luxemburg sur le site

« Souillée, déshonorée, pataugeant dans le sang, dégoulinante de boue – voilà comment se présente la société bourgeoise, voilà ce qu’elle est. Ce n’est pas quand, vertueuse et tirée à quatre épingles, elle prend le masque de la civilisation, de la philosophie et de l’éthique, de l’ordre, de la paix et de l’État de droit, c’est quand elle apparaît telle une bête féroce, un sabbat de l’anarchie, un souffle pestilentiel répandu sur la civilisation et l’humanité qu’elle se montre nue, sous son vrai jour. Et au beau milieu de ce sabbat de sorcières s’est déroulée une catastrophe historique d’importance mondiale : la capitulation de la social-démocratie internationale. »
Dossier de presse
Patrick Le Moal
L'Anticapitaliste , 29 janvier 2015
Antoine Chollet
Pages de gauche , décembre 2014
Marc Escola
Fabula - la recherche en littérature , 20/10/2014
Compte-rendu

Cette publication des écrits de Rosa Luxemburg de 1907 à 1916 sur la guerre, commence par son intervention et ses amendements (avec Lénine et Martov) à la résolution du congrès de Stuttgart de 1907…

La conclusion était : « Au cas où la guerre éclaterait néanmoins, ils ont le devoir de s’entremettre pour la faire cesser promptement et d’utiliser de toutes leurs forces la crise économique et politique créée par la guerre pour agiter les couches populaires les plus profondes et précipiter la chute de la domination capitaliste. » Dès octobre 14, Rosa est convaincue que « le parti et l’Internationale sont foutus, complètement foutus », mais que ce drame historique « rend déplacés les gestes personnels de mauvaise humeur ». Elle participe à la création de la revue Die Internationale pour lutter contre la paix sociale et politique acceptée par les dirigeants socialistes, et écrit en février 1915 : « L’Internationale, aussi bien qu’une paix conforme aux intérêts de la cause prolétarienne, ne peut naître que de l’autocritique du prolétariat, de la prise de conscience par le prolétariat de sa propre puissance (…) Le chemin de cette puissance – loin de toute résolution de papier –est à la fois celui de la paix et de la reconstruction de l’Internationale. » Elle précise aussi dans un discours inédit en français : « La reconstruction de l’Internationale est un problème d’une importance colossale, qu’on peut aborder par des biais très divers. Redonner vie à l’ancien. Nous croyons qu’elle ne peut pas être rafistolée telle qu’elle existait auparavant (…) Si les masses combattent la guerre, l’Internationale pourra revivre. C’est par l’action que l’Internationale doit naître. »

La guerre impérialiste, « cette bête féroce »

C’est pour cela qu’elle écrit en prison en 1915 la Crise de la social-démocratie, dite brochure de Junius (publiée en avril 1916) et les Principes directeurs pour les tâches de la socialdémocratie internationale (publiés en mars 1916). Ce dernier texte est une des premières formulations de la nécessité d’une Internationale qui ne soit pas la somme de groupements nationaux, mais une organisation qui représente les intérêts historiques du prolétariat, qui coordonne et dirige la lutte révolutionnaire mondiale. Le premier est lui un réquisitoire implacable contre la guerre impérialiste, la société bourgeoise (« une bête féroce, (...) un souffle pestilentiel répandu sur la civilisation et l’humanité ») et la capitulation de la IIe Internationale. Elle trace les perspectives de la lutte de classe « la plus acharnée » pendant la guerre, « l’armement immédiat du peuple et remettre le pouvoir de décision à celui-ci sur la question de la guerre », afin d’imposer la paix par la lutte internationale. Dans les débats sur le centenaire de la Première Guerre mondiale, la publication de cet ouvrage est éclairante, car Rosa Luxemburg mesure pleinement la bifurcation historique qu’imprima au mouvement ouvrier ce conflit.

Patrick Le Moal
L'Anticapitaliste , 29 janvier 2015
Vive l'Internationale

L’année 2014 prend fin, et avec elle sans aucun doute les nombreuses commémorations du déclenchement de la Grande Guerre. Comme il y a un siècle, l’attention désertera tôt les tranchées et leurs horreurs, car «l’arrière» sera passé à autre chose. C’est à ce moment-là qu’il faut donner la parole à ces quelques sentinelles vigilantes qui nous empêchent de sommeiller, comme si nous étions sûrs d’avoir payé au passé son dû.

Et parmi celles-ci, comment oublier Rosa Luxemburg? À l’aube de la tuerie, alors que, de son propre aveu, «le monde en- tier est soudain devenu un asile de fous», elle cherche encore à empêcher le pire. La trahison des députés du SPD qui, au Reichstag (où, comme femme, elle ne pouvait siéger), votèrent les crédits de guerre l’ulcère, tout comme les contorsions théoriques d’un Kautsky pour justifier cette soudaine adhésion au nationalisme, puis l’effondrement général du mouvement ouvrier qui suivit et permit l’entrée en guerre de toutes les puissances de la vieille Europe. L’intraitable internationaliste nous adresse, par-delà ce siècle, un avertissement qui résonne aussi vivant qu’au jour où il a été prononcé : que le mouvement socialiste oublie son internationalisme et il sera incapable d’empêcher les catastrophes qui, toujours, se préparent contre lui. À l’heure où de sinistres bruits de bottes se font entendre à l’Est de l’Europe, cet avertissement n’est nullement intempestif.

La Première Guerre mondiale aura montré aux plus lucides des militants du mouvement ouvrier que la société capitaliste n’est pas condamnée à disparaître, mais qu’elle sécrète en elle une terrible alternative, celle-là même que Rosa Luxemburg énonce dans la Brochure de Junius, écrite en prison et publiée en 1916: «socialisme ou barbarie». Que le second terme de l’aternative paraissent bien souvent le plus probable ne doit pas faire désespérer de l’advenue du premier. Dans tous les cas, ce ne seront que la mobilisation et l’action du plus grand nombre qui permettront d’échapper à la barbarie. Cette vérité ne s’est pas émoussée depuis le temps de Luxemburg, ni dans l’Allemagne de 1918, ni dans celle de 1933, ni dans l’Égypte, la Tunisie ou l’Ukraine d’aujourd’hui.

Poursuivant leur remarquable travail d’édition des Œuvres complètes de Rosa Luxemburg, les éditions Agone et le collectif Smolny font paraître opportunément, en cette fin d’année, les textes de la militante consacrés à la guerre et à l’Internationale. On ne peut qu’en recommander la lecture !

Antoine Chollet
Pages de gauche , décembre 2014
Compte-rendu

« Souillée, déshonorée, pataugeant dans le sang, dégoulinante de boue – voilà comment se présente la société bourgeoise, voilà ce qu’elle est. Ce n’est pas quand, vertueuse et tirée à quatre épingles, elle prend le masque de la civilisation, de la philosophie et de l’éthique, de l’ordre, de la paix et de l’État de droit, c’est quand elle apparaît telle une bête féroce, un sabbat de l’anarchie, un souffle pestilentiel répandu sur la civilisation et l’humanité qu’elle se montre nue, sous son vrai jour. Et au beau milieu de ce sabbat de sorcières s’est déroulée une catastrophe historique d’importance mondiale : la capitulation de la social-démocratie internationale. »

Rédigée en 1915 en prison, « La Crise de la social-démocratie », plus connue sous l’appellation de « Brochure de Junius », est complétée dans ce volume par les articles et discours du groupe Die Internationale (traduits pour la première fois) ainsi que les interventions de Rosa Luxemburg dans le cadre de l’Internationale socialiste. L’ensemble constitue un réquisitoire implacable contre la guerre et l’abandon du terrain de classe par la IIe Internationale. C’est aussi une exhortation lucide adressée au prolétariat à prendre toute la mesure de cette bifurcation historique que représente août 1914. Notre présent reste prisonnier de l’alternative posée depuis lors : révolution socialiste ou enfoncement dans la barbarie.

Marc Escola
Fabula - la recherche en littérature , 20/10/2014
Lecture musicale de "La Brochure de Junius" de Rosa Luxemburg
Le mardi 26 avril 2016    Toulouse (31)
Rencontre autour de l'oeuvre de Rosa Luxemburg
Le mardi 15 septembre 2015    Toulouse (33)
Rosa Luxemburg et la guerre
Le lundi 15 décembre 2014    Paris (75)
La Brochure de Junius
Le samedi 18 octobre 2014    Paris (75)
Réalisation : William Dodé